Cet article date de plus de dix ans.

Cinéma : 100 ans de Charlot

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 41 min
Ce replay n'est plus disponible.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Le podium olympique aura du mal à lui échapper.

Un personnage qui appartient depuis un siècle a l'imaginaire collectif. Il y a 100 ans jour pour jour, un clown humaniste, muni d'un chapeau, d'une canne et d'un costume sombre, promenait pour la première fois sa silhouette dans un court-métrage. Charlie Chaplin venait d'inventer Charlot. Retour sur la naissance d'un mythe.

Un vagabond sur la route de la gloire. Cette dégaine de clochard, Charlie Chaplin l'invente en 1914. Il vient d'être engagé en Amérique, il a 25 ans, il devient Charlot. Le pitre, le bagarreur. Toujours au secours des plus faibles. Une référence à son enfance misérable, entre des parents saltimbanques dans les faubourgs de Londres. Une enfance dont il s'inspirera pour "Le kid". Serge Bromberg a restauré ses films. Voici son tout premier, sorti le 7 février 1914. On y voit Charlot débarquer dans une vraie course de voiture, il improvise.

On voit les personnages qui regardent un peu les voitures. Mais regardez, ce policeman, ce qui l'intéresse c'est Charlot. D'ailleurs, ils sont tous tournés vers Chaplin. C'est un véritable aimant. Quand il commence à faire du cinéma début 1914, il a déjà derrière lui une carrière de 15 ans sur les planches. Il a fait tous les numéros possibles et inimaginables, il sait jouer de la musique, sait jongler.

Après des dizaines courts métrages, Chaplin joue, réalise, produit. Il a son propre studio, en Californie. Il y tourne ses plus beaux films. De "La Ruée vers l'or", au "Dictateur", en 1939. Le dernier film avec le personnage de Charlot.

Le press-book de l'époque: on accentue les attributs de Charlot.

C'est la première fois qu'il parle, il redoutait le cinéma parlant.

Il avait un succès universel. Avec le son, dans quelle langue devait-il parler ? Avec quel accent.

En 1952, pour Chaplin, le vent commence à tourner. Accusé d'être communiste, il doit quitter les Etats-Unis avec sa famille. C'est à Londres qu'il présente "Les feux de la rampe", un film très personnel, où il joue un vieux clown en fin de carrière. Son petit-fils Charles avait six ans quand son grand-père est mort à Vevey la nuit de Noël 1977. C'est sa photo. Il a grandi en regardant Charlot.

Le personnage de Charlot l'a probablement aidé à traverser toutes les difficultés dé la célébrité: le harcèlement médiatique, les procès avec ses femmes. Sa grande peur, c'était de ne plus faire rire.

Chaplin est retourné à Hollywood une seule fois, en 1972, pour y recevoir un Oscar pour sa carrière. Et c'est bien Charlot que le public a applaudi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.