Château de Fontainebleau : visite originale avec la Nuit des musées

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 18/05/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Visiter vos musées préférés après leur fermeture, c'est possible ce soir à l'occasion de la 9e Nuit des musées. Plus de 3.000 lieux sont ouverts au public. Et avant de retrouver Sébastien Vibert au Musée d'Orsay, nous vous proposons une visite au coeur de l'un des fleurons.

1.500 pièces, 4 cours, des jardins. De la Renaissance au Second Empire, Fontainebleau fut la demeure des rois de France. Chaque monarque a marqué son passage. La galerie François Ier, la salle de bal Henri IV, la chapelle Trinité de Louis XV, l'escalier de Napoléon III. Des trésors boudés par le public jusqu‘il y a peu. Le château recevra ses premiers visiteurs dans 2 heures. Pour le personnel, toujours le même rituel. Sortir de sa torpeur cet oubliée du patrimoine avec précaution.

Je ne peux pas l'ouvrir car le soleil tape sur le tapis, ça abîme. On le referme.

Xavier veille à la sécurité des lieux. 45 O00 M2 qu'il connaît comme sa poche. Il arpente ces pièces avec la même fascination.

Ça fait 20 ans que je travaille ici, je suis toujours émerveillé. Le décor est tellement riche qu'on découvre toujours quelque chose.

Cet émerveillement, Louis XV l'a ressenti à son mariage en 1725. Une autre reine l'a investi, celle des hits parade : Lana Del Rey.

Son clip, vu plus de 105 millions de fois sur internet, attire des visiteurs du monde entier. Organiser des tournages, multiplier des expositions, c'est la stratégie de Fontainebleau pour protéger ses collections. Les 60 horloges de toutes les époques par exemple. Le maître du temps, c'est lui. Deux fois par semaine, il remet les pendules à l'heure. Elle fonctionnent grâce à un célèbre horloger. 110 000 euros, un budget que le château ne pouvait s'offrir.

Celle-ci est compliquée. Elle donne l'heure, les mois. Ça ne se perd pas ça. Il faut le garder. c'est notre richesse. Comme le mobilier, comme beaucoup de choses.

L'argent économisé est investi ailleurs. Il permet d'ouvrir de nouvelles salles d'exposition. Comme le musée chinois de l'impératrice Eugénie. Ce cabinet de curiosités rassemble des trésors de l'art chinois, est reste ferme, faute de personnel pour le surveiller. Il a attiré 50 O00 touristes Chinois.

A Pékin, il y a la Cité Interdite. C'est un palais somptueux. Nous venons ici pour découvrir un palais royal français. Je le trouve fabuleux.

Cette stratégie est payante. En 3 ans, le château est passe de 300 O00 visiteurs par an à 450 000. Mais pas question de concurrencer Versailles.

Nous voulons garder le confort de visite, le plaisir. Ne pas refaire les lieux qui sont fragiles. L'idée c'est de passer à 1 million de visiteurs dans 15 ans.

Pour y arriver, il dévoile plus de trésors. Des lieux cachés, tombés dans l'oubli. Fontainebleau en possède encore, comme ce boudoir Turc.

Il a été créé pour Marie Antoinette en 1776. Il fut utilisé par l'impératrice Joséphine. Les lambris étaient encrassés. Il y a eu un travail d'allègement.

Une restauration impossible sans les donateurs. 900 000 euros finances par une école de commerce et des particuliers. Dans un an, le boudoir turc retrouvera son éclat. Il sera montré au public. Tant de beautés, de richesses, qui ne sommeilleront plus.

On retrouve Sébastien Vibert, en direct du Musée d'Osay, à Paris. Bonsoir Sébastien, les visiteurs ont commencé à affluer, dites-nous tout sur cette 9e nuit des Musées !.

Le JT
Les autres sujets du JT