Australie : chercheurs d'opales

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 08/08/2013Durée : 00h40

Direction l'Australie à présent, nouvel Eldorado des Français et des chercheurs d'opale. Cette pierre précieuse à la mode dont les prix atteignent des sommets. La terre australienne en regorge et dans l'espoir de faire fortune, de nombreux Français tentent leur chance.

Dans les immensités du désert australien, c'est une petite communauté où le temps semble suspendu. Les carcasses des années 50 n'ont pas bougé. Nous sommes hors du temps, hors du monde. La ville voisine est à 9 heures de route. Bienvenue à Coober Pedy, capitale mondiale de l'opale. Une pierre précieuse qui fait la fortune mais aussi le désespoir de dizaines de prospecteurs qui sillonent encore la région. Jurgen et Gabrielle Feldheim venus de Berlin il y a 13 ans, arrivent sur leur concession minière. Gabrielle est Française d'origine allemande. Arrivée de La Rochelle il y a 2 ans avec le même rêve que tout le monde, trouver les pierres qui feront sa fortune.

Dans les bars, vous n'entendez que ça. "Là, ils ont trouvé 100.000, là 500.000." Puis le ton devient vraiment religieux, "là, ils ont trouvé le million".

Mais pour la pierre à un million de dollars, il faut descendre dans la mine. 23 mètres plus bas, elle pénètre dans leur "seconde maison". Des kilomètres de couloirs dans le sous-sol australien. Pour exploiter la concession, le couple paye 40 euros tous les 3 mois à l'Etat. La règle est simple, Encore faut-il trouver.

L'opale peut être ici, là ou encore ici. Parfois c'est. "Ah ! Où es-tu ? Je sais qu'il y a de l'opale." Je peux le sentir mais je ne le trouve pas, c'est énervant.

Comment vous le sentez.

Je ne sais pas, c'est l'instinct.

La présence d'opale ne répond à aucune logique scientifique. C'est pourquoi aucune compagnie minière n'a jamais investi un dollar dans l'opale.

Pour les diamants, l'or, c'est très concentré. Ici, la nature est capricieuse, on ne sait pas où elle est.

Pas intéressant pour les compagnies minières.

L'exploitation est artisanale et dangereuse. Des galeries qui s'effondrent, des machines qui s'emballent. Au fond des puits, on ne compte plus ceux qui cherchaient de l'opale et qui n'ont trouvé que la mort. Ce matin, l'instinct de Jurgen n'est pas bon, alors il creuse. 30 millions d'années de formation géologique pulvérisées en 30 sec. La roche est aspirée par ce tuyau et rejetée 23 m plus haut. La course à l'opale semble sans limite, une centaine de prospecteurs vivent de l'opale. Pour Jurgen et Gabrielle, la journée a été mauvaise. Le couple rentre les mains vides. Ils vivent sous terre pour éviter les chaleurs extrêmes, 50 degrés l'été.

On est chez nous, température agréable toute l'année. Notre salon, un peu sommaire. A gauche, la chambre. On est limité en magasins, on trouve rien, il faut être inventif. Voila une porte de frigo transformée, je voulais une armoire pour ranger.

Dans cette ville, même les magasins d'opale sont sous terre. La famille de Niko Athanasiadis a fait fortune dans le négoce d'opale qu'elle achète directement aux prospecteurs.

Cette pièce non taillée vaut 250.000 dollars.

Il y a 2 ans, la famille de Niko a vendu des pierres d'opale à la reine d'Espagne.

La reine Sofia est venue.

Non, elle a envoyé quelqu'un.

La pierre d'opale rapporte chaque année à l'Australie 200 millions d'euros. En 50 ans, seul un tiers de la région a été exploité.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==