Chine : tigres et rhinocéros en danger

Selon un rapport de l'ONG WWF, la population d'animaux sauvages a chuté de 60% entre 1970 et 2014. Et pourtant la Chine vient d'annoncer la reprise limitée du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Alors que 60% de la population d'animaux sauvages a disparu en 40 ans selon WWF, La Chine justifie la reprise du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros par la recherche scientifique, le développement de traitements médicaux et la vente d’œuvres d'art. Toutefois, les cornes ne peuvent provenir que de rhinocéros élevés en captivité et les os de tigres doivent être décédés de mort naturelle.

Vertus thérapeutiques ?

La décision chinoise est surprenante. Le pays avait signé en 1993 une convention visant à protéger les espèces en voie de disparition. Os de tigres et cornes de rhinocéros sont très prisés des Chinois dans la médecine traditionnelle pour leurs vertus thérapeutiques ou aphrodisiaques. Un kg de corne de rhinocéros se monnaie jusqu'à 50 000 euros. Le risque de blanchiment de produits liés au braconnage est à craindre.

Najin (à gauche) et Fatu (à droite), les deux derniers représentants de la sous-espèce des rhinocéros blanc du Nord, le 20 mars 2018, dans la réserve d\'Ol Pejeta à Nanyuki, au Kénya.
Najin (à gauche) et Fatu (à droite), les deux derniers représentants de la sous-espèce des rhinocéros blanc du Nord, le 20 mars 2018, dans la réserve d'Ol Pejeta à Nanyuki, au Kénya. (TONY KARUMBA / AFP)