Vidéo Ces nouvelles lois qui protègent six animaux sauvages

Publié
Ils étaient menacés par le braconnage, la domestication, la pêche… Mais de nouvelles lois veulent mieux encadrer ces activités pour mieux les protéger. Voici quelques bonnes nouvelles pour les animaux sauvages.
Brut.
Article rédigé par
Ils étaient menacés par le braconnage, la domestication, la pêche… Mais de nouvelles lois veulent mieux encadrer ces activités pour mieux les protéger. Voici quelques bonnes nouvelles pour les animaux sauvages.

Les éléphants, les grenouilles de verre ou les requins… Tous étaient menacés par les activités humaines. Entre la domestication et la revente, partout dans le monde, de nouvelles lois sont mises en place pour mieux protéger ces animaux sauvages. C’est notamment le cas des léopards. Ces mammifères étaient chassés pour leurs peaux et vendus à l’international. Le Kenya et le Malawi ont notamment interdit l’exportation de ces trophées. L’Éthiopie, a elle réduit les envois de 200 à 50 par an. L’objectif: réduire la chasse de cet animal, qui est considéré comme vulnérable. 

La vente de concombres de mer encadrés 

Mais les léopards ne sont pas les seuls à être davantage protégés. Les bulbuls à tête jaune sont des oiseaux chanteurs recherchés pour les concours de chant ou la domestication. Sauf cas exceptionnel, la vente de cet oiseau à l’étranger est désormais illégale. Cet oiseau d’Asie du Sud-Est est en danger d’extinction. 

Les concombres de mer font aussi l’objet de nouvelles lois. Trois espèces en particulier, l’holothurie ananas, l’holothurie géante et l’holothurie à lignes rouges, sont très pêchées. Ils sont utilisés pour des fins alimentaires, en étant notamment séchés et coupés. Mais ces animaux marins sont très importants pour les fonds aquatiques. En effet, leurs mouvements permettent l’oxygénation de l’eau. Ainsi, le commerce de ces trois espèces va être très encadré, et adapté à la survie de chacun. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.