Oise : la colère des habitants sauve un cerf traqué pour une chasse à courre

L'animal, acculé par la meute de chiens dans un jardin privé à Bonneuil-en-Valois, a finalement été épargné.

Un cerf dans le parc naturel de Boutissaint, dans l\'Yonne, le 27 septembre 2017.
Un cerf dans le parc naturel de Boutissaint, dans l'Yonne, le 27 septembre 2017. (MAXPPP)

Cette fois, les défenseurs des animaux ont gagné. Un cerf poursuivi par des chiens dans le cadre d'une chasse à courre a finalement été épargné, mardi 26 décembre, après la mobilisation des habitants de Bonneuil-en-Valois (Oise), où il s'était réfugié sur une propriété privée, raconte Le Parisien.

Une vidéo et des photos postées sur Facebook montrent le cerf acculé dans un jardin par une meute de chiens, sous les yeux d'habitants de la commune.

"Il a fini par repartir tranquillement"

Une habitante citée par le journal explique avoir alerté le maire de la situation. "Selon un arrêté municipal, ils ont interdiction de venir chasser dans le village", explique ce dernier au Courrier picard"Nous avons déjà vécu des incidents virulents à cause de la chasse à courre. À chaque confrontation, cela se déroule dans une atmosphère de lutte des classes".

"Ça a été chaud", raconte l'habitante citée par Le Parisien. "On devait être plus d’une trentaine. Les chasseurs ont été insultés de tous les noms. Le propriétaire refusait de les laisser entrer chez lui". Les chasseurs ne peuvent abattre un animal sur un terrain privé qu'avec l'accord de son propriétaire.

Selon elle, c'est au bout de deux heures que les chasseurs ont accepté de retirer leurs chiens. Le cerf "ne bougeait plus, il nous regardait comme un pauvre malheureux, la langue pendante ensanglantée. Il a fini par repartir tranquillement".

En octobre, un cerf abattu dans un jardin

En octobre, un autre cerf, poursuivi par un équipage de chasseurs et réfugié dans un jardin, toujours dans l'Oise, n'avait pas eu la même chance. Un chasseur avait enjambé la clôture pour l'abattre, devant une foule d'habitants en colère. Un épisode qui avait donné lieu à des manifestations contre la chasse à courre, et conduit Nicolas Hulot a demander un "débat de société" sur une pratique "d'un autre âge".

Le maire de Bonneuil-en-Valois explique au Courrier picard qu'il attend de l'équipage de Villers-Cotterêts, qui poursuivait ce cerf, un courrier officiel dans lequel il s'engagerait à ne plus chasser sur sa commune. Il n'exclut pas de porter plainte dans le cas contraire.