Abattoirs : dans les coulisses d'une visite sanitaire à Sisteron

Il y a un mois le ministre de l'Agriculture promettait des contrôles systématiques dans tous les abattoirs après la révélation d'une série de scandales sur la maltraitance animale. France 3 a suivi une visite sanitaire dans l'abattoir de Sisteron.

France 3

Alors que Sisteron s'éveille tout juste, à la périphérie de la ville, le travail a commencé depuis longtemps à l'abattoir. Mireille Deray, vétérinaire et agent de l'État, est venue inspecter les lieux avec son équipe. Le directeur a été prévenu du contrôle. "On savait que ce n'était pas inopiné, car au mois d'avril le ministre a annoncé qu'il y aurait des contrôles dans tous les abattoirs", explique Jacques Pellier, le directeur de l'abattoir de Sisteron. 

Bientôt des salariés considérés comme lanceurs d'alerte 

L'inspection commence par le déchargement des bêtes. Vu le contexte, Mireille Deray s’intéresse surtout à la mise à mort, l'étourdissement et la saignée. "Il y a une première phase qui est l'électronarcose qui permet d'anesthésier l'animal pour le rendre insensible à la douleur et ensuite il y a la saignée, je m'assure de la rapidité du mouvement", explique l'inspectrice. Un vétérinaire indépendant mandaté par l'État vérifie également en moyenne une bête sur 200 chaque jour. Il contrôle surtout l'examen sanitaire. Un responsable de la protection animale, salarié de l'entreprise, doit être présent dans l'abattoir. Dans les abattoirs visés par des actes de cruauté, il y avait des responsables du bien-être animal qui n'ont pas vu ou pas osé parler. Le gouvernement pourrait leur donner le statut de lanceur d'alerte pour les protéger.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme travaille dans un abattoir, le 18 septembre 2015, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne).
Un homme travaille dans un abattoir, le 18 septembre 2015, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). (REMY GABALDA / AFP)