Angers : l'entreprise Bodet, la précision horlogère

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 28/03/2014Durée : 00h48

Impossible que vous n'ayez jamais regardé l'heure sur l'un de ses cadrans. L'entreprise a équipé les clochers d'église puis les gares. Aujourd'hui, elle équipe même les complexes sportifs. Le succès tient en un mot: innovation. La maison a su anticiper tous les progrès technologiques.

Même le plus pressé des voyageurs y jette toujours un oeil: à la Gare de Lyon, les horloges ont toutes un point commun: elles ont été fabriquées ici, près d'Angers. L'entreprise est née au XIXe siècle. A l'époque, elles ne donnaient pas l'heure dans les gares mais sur les clochers des églises. Pour l'actuel patron, pas question d'oublier ses origines.

C'est une activité que nous avons depuis 140 ans, environ. Ça fait partie des gènes de l'entreprise. Nous y tenons.

Moins de 3 salariés jusqu'en 1946. Aujourd'hui, le groupe en compte 630. Parmi eux, Daniel, le doyen.

Je suis rentré en septembre 1971. Je suis fier d'être salarié ici. C'est ma vie et ma passion, l'horlogerie.

L'entreprise a été fondée en 1868. Les gens me reprennent souvent et disent: "1968"? Mais non, c'est bien 1868.

Depuis, l'entreprise a bien changé. De l'horlogerie mécanique, elle s'est tournée vers l'électronique, en passant par les chronomètres sportifs. Aujourd'hui, 50 % de la production est même vendue à l'étranger, comme ces horloges en or installées a la Mecque ou ces cadrans dans les aéroports de Budapest. Tout est question de temps.

Ces horloges-là pilotent les sonneries d'écoles et les automatismes à l'intérieur des écoles.

La seule solution pour rester dans le coup, c'est d'inventer encore et toujours. Pour le groupe, l'avenir est dans l'informatique. Il se concentre sur des logiciels d'organisation du temps de travail pour les entreprises. Une course à l'innovation primordiale pour leur survie.

C'est ici qu'on va imaginer les logiciels de demain, les développer, pour toujours avoir un cran d'avance.

Côté succession, la releve est assurée. L'arrière-petit-fils du fondateur, Jean-Pierre Bodet ne songe pas encore à la retraite, mais son fils est déjà bien investi dans l'entreprise. Une continuité familiale qui séduit les clients.

Savoir que c'est une entreprise familiale et que c'est toujours un Bodet qui est à la tête, c'est une valeur. C'est un gage de qualité.

Prochain défi pour l'entreprise, le lancement en 2015 d'une toute pour smartphones.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==