Vrai ou fake Le variant Delta est-il vraiment aussi contagieux que la variole ?

C'est ce qu'affirme l'infectiologue Benjamin Davido. Si des données lui donnent raison, des scientifiques jugent cette comparaison avec le virus éradiqué "hasardeuse".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Des piétons dans une rue de Bordeaux (Gironde), le 25 juin 2021. (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS / AFP)

Le variant Delta du Sars-CoV-2 inquiète les autorités de nombreux pays. Capable de se propager rapidement, cette mutation se révélerait aussi contagieuse que la variole, à en croire l'infectiologue Benjamin Davido. "On a ce fameux R0, la capacité d'un malade à contaminer d'autres individus, qui est entre 6 et 7, le chiffre que l'on connaît pour la variole", a-t-il affirmé, le 8 juillet, sur franceinfo.

Ce professeur de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) s'est répété, le même jour, sur France 5. Pour lui, cette contagiosité incite à "vacciner 90% de la population" pour "maîtriser durablement" la pandémie, tout comme on se vaccine pour se protéger d'une résurgence de la variole.

Ce médecin a-t-il raison de faire cette comparaison ? La cellule Vrai ou fake de franceinfo met son affirmation en perspective.

Sortez les calculettes

Benjamin Davido fonde ses propos sur le taux de reproduction (ou taux effectif) du variant Delta, le R0, qui correspond au nombre moyen de personnes probablement infectées par une personne contaminée. Pour rappel, le R0 de la souche initiale du Sars-CoV-2 est estimé à 3, selon l'Institut Pasteur. Dans un contexte où aucune mesure particulière n'est appliquée, une personne infectée en contamine en moyenne trois autres. 

Pour le variant Delta, "les données venant du Royaume-Uni permettent d'estimer que la transmissibilité du virus est augmentée de 60% environ par rapport au variant Alpha", identifié outre-Manche, a écrit le Conseil scientifique dans son avis du 6 juillet (PDF). Or, le variant Alpha est environ 50% plus transmissible que la souche initiale, soit un R0 de 4,5. Si l'on poursuit le calcul, selon ces données, le variant Delta a un R0 de 7,2. 

Une estimation différente peut être obtenue sur la base d'une étude publiée, le 17 juin, dans la revue scientifique Eurosurveillance (en anglais). Des chercheurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) y écrivent que le variant Delta a une contagiosité supérieure de 97% à celle de la souche historique, soit un R0 de presque 5,9.

Pour le variant Delta, les spécialistes s'accordent donc autour d'un chiffre aux alentours de 6 ou 7. Passons à présent à la variole. Son R0 est estimé à 6, selon un article de l'université d'Oxford (en anglais). Si l'on s'en tient à cette source, il paraît pertinent de rapprocher la contagiosité du variant Delta et celle de la variole.

Des comparaisons "hasardeuses"

L'épidémiologiste américain Larry Brilliant, acteur de l'éradication de la variole par le passé, affirme que le variant Delta est nettement plus contagieux que cette maladie. Comme il l'écrit sur Twitter (en anglais), la variole avait un R0 situé entre 3,5 et 4,5 dans les années 1970, avant qu'elle ne soit officiellement déclarée éradiquée par l'OMS, le 8 mai 1980.

Le R0 de la variole est très variable, selon les contextes, les périodes et les zones géographiques, explique Thibault Fiolet, doctorant en santé publique à l'université Paris-Saclay. L'estimation du taux de reproduction de cette maladie varie énormément d'une étude à l'autre, entre 1,5 et 20. Des données parmi les plus récentes le situaient toutefois entre 3,5 et 6, selon un article de chercheurs britanniques paru dans la revue scientifique Nature (en anglais), en 2001.

Avec ces chiffres qui passent presque du simple au double, comment réussir une mise en perspective du variant Delta ? "Les deux maladies ayant des modalités de transmission différentes, il me semble hasardeux de se livrer à des comparaisons", tranche le professeur Daniel Camus, infectiologue à l'Institut Pasteur de Lille. Même avis pour Alexandre Bleibtreu, médecin infectiologue à la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Pour lui, peu importe le R0 de la variole. La préoccupation du moment doit être la seule contagiosité du variant Delta.

Plus rien à voir avec une grippe

Sollicité, Benjamin Davido assume avoir fait un rapprochement entre le variant Delta et la variole pour interpeller le public. "La variole est connue et parle à la population française", se défend-il.

"Nous avons beaucoup comparé le Covid-19 à la grippe. Dans l'esprit de certains, c'est toujours le cas, alors qu'il n'est plus comparable à la grippe."

Benjamin Davido, infectiologue

à franceinfo

La grippe saisonnière a un R0 estimé à 2 ou 3, largement inférieur à celui du variant Delta. Ce dernier est plus "proche des maladies hautement contagieuses, qui ont des R0 largement au-delà de 5", fait valoir Benjamin Davido. Cette famille inclut la variole mais aussi la rougeole, considérée comme l'une des maladies les plus contagieuses chez les humains. Son R0 est habituellement estimé entre 12 et 18 mais, là aussi, des écarts plus larges peuvent être observés selon les situations, selon une étude publiée dans la revue médicale The Lancet (en anglais), en 2017. 

En résumé, le R0 d'une maladie est une donnée à surveiller mais n'est qu'un indicateur parmi d'autres, qui doit être interprété avec précaution. Pour la professeure Astrid Vabret, chef de service de virologie au CHU de Caen, cela tient en deux mots : le taux de reproduction est un "indicateur grossier".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers vrai ou fake

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.