Cet article date de plus d'un an.

Vrai ou faux D'où viennent ces pancartes anti-Ukraine vues lors de manifestations contre la réforme des retraites ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
6media Vrai ou Fake SJT VOUF FAUX RASSEMBLEMENTS ANTI UKRAINE (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - N. Carvalho, B. François
France Télévisions
Lors de rassemblements à Paris contre la réforme des retraites, des pancartes contre l'Ukraine ont été aperçues. Il s'agirait selon Le Monde de mises en scène russes, pour faire croire que l'Europe soutient de moins en moins les Ukrainiens.

Comment des pancartes anti-Ukraine se sont retrouvées au milieu de manifestations contre la réforme des retraites ? Une enquête du journal Le Monde et d'autres médias européens a retracé le parcours de ces revendications pro-russes infiltrées. "Union européenne, Amérique, arrêtez de financer la guerre en Ukraine", peut-on lire sur l'une d'elles.

Selon Le Monde, cette action, comme d'autres, était pilotée directement depuis la Russie. Les mises en scène visent à discréditer les Ukrainiens ou à un montrer que le soutien en Europe s'essouffle. Dans un faux rassemblement à Paris, deux hommes se faisant passer pour des Ukrainiens, semblent se réjouir du tremblement de terre meurtrier en Russie, l'un d'eux faisant même un salut nazi.

Des actions multiples à faible impact

D'après l'enquête du Monde, l'homme est en fait le même que lors de la manifestation contre la réforme des retraites. Un rapport des renseignements russes cite cette action et en liste divers objectifs, comme "montrer le caractère ingrat et provocateur de la réaction ukrainienne à la tragédie turque". Ces actions sont ensuite diffusées sur les réseaux sociaux pour en gonfler artificiellement l'ampleur. Le journal a recensé une dizaine de fausses actions au sein de vrais rassemblements à Paris donc, mais aussi en Espagne, aux Pays-Bas ou en Belgique.

Malgré leur impact limité sur les réseaux, l'accumulation de fausses actions vise à faire croire que la population européenne est de plus en plus hostile à l'Ukraine.


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.