Yann Moix : "Je suis incapable d'aimer une femme de 50 ans", "je trouve ça trop vieux"

Dans une longue interview accordée à "Marie-Claire", le réalisateur, écrivain et chroniqueur confie aussi ne sortir qu'avec des femmes asiatiques. 

Le chroniqueur et écrivain Yann Moix sur le plateau de LCI, le 25 septembre 2018. 
Le chroniqueur et écrivain Yann Moix sur le plateau de LCI, le 25 septembre 2018.  (SIPA)

Ses propos ne sont pas passés inaperçus sur les réseaux sociaux. Dans une longue interview accordée au magazine Marie-Claire paru vendredi 4 janvier, Yann Moix avoue sans fard ne sortir qu'avec des femmes plus jeunes que lui. "Je vous dis la vérité. A 50 ans, je suis incapable d'aimer une femme de 50 ans. (...) Je trouve ça trop vieux. Quand j'en aurai 60, j'en serai capable. 50 ans me paraîtra alors jeune", déclare le chroniqueur des "Terriens du samedi" (C8).

A la question de savoir si fréquenter des quinquagénaires "le dégoûte physiquement", le réalisateur et écrivain enfonce le clou sans vergogne : "Non ça ne me dégoûte pas, ça ne me viendrait pas à l'idée. Elles sont invisibles. Je préfère le corps des femmes jeunes, c'est tout. Point. Un corps de femme de 25 ans, c'est extraordinaire. Le corps d'une femme de 50 ans n'est pas extraordinaire du tout."

"Je ne sors qu'avec des Asiatiques" 

"Yann Moix est un triste sire", a notamment réagi sur Twitter la journaliste et écrivaine féministe Mona Chollet, auteure de Beauté fatale et de Sorcières (Ed. La Découverte).

Sur le réseau social, d'autres internautes ironisent sur "le point de vue de Yann Moix sur la date de péremption des femmes". Il "vient de faire place nette dans sa vie pour quelque temps. Les candidates ne vont pas se bousculer au portillon pour être 'usées' par lui", plaisante une autre.

Yann Moix confie également qu'il ne sort "qu'avec des Asiatiques. Essentiellement des Coréennes, des Chinoises, des Japonaises". "Je ne m'en vante pas, reconnaît-il. Beaucoup de gens seraient incapables de vous l'avouer car c'est du racialisme. C'est peut-être triste et réducteur pour les femmes avec qui je sors, mais le genre asiatique est suffisamment riche, large et infini pour que je n'en aie pas honte."