Cet article date de plus d'un an.

Un gynécologue d'Indre-et-Loire accusé de violences gynécologiques et psychologiques

Au total, une trentaine de personnes affirment avoir été victimes de violences de la part de ce gynécologue, sur le compte Instagram "Actions féministes Tours".

Article rédigé par franceinfo - Avec France Bleu Touraine
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un medecin gynecologue effectue une echographie. Photo d'illustration. (MAXPPP)

Un gynécologue installé en Indre-et-Loire fait l'objet depuis la mi-avril de quatre plaintes auprès du conseil de l'Ordre des médecins du département pour violences gynécologiques et psychologiques, indique mardi 26 avril France Bleu Touraine. Les faits décrits se sont produits entre 2015 et 2021. Au total, une trentaine de personnes affirment avoir été victimes de violences mais aussi de propos transphobes, homophobes ou encore de remarques déplacées.

"Il est entré directement avec son doigt, il n'avait pas de gant", dénonce notamment Laura*. Une pratique contraire à la Charte de la consultation en gynécologie et en obstétrique, rédigée en octobre 2021. La jeune femme qui consultait pour la première fois lui reproche également de ne pas l'avoir "preparée en me disant ce qu'il allait faireIl avait du mal à entrer alors il a forcé pour que son doigt rentre malgré ma douleur que je lui indiquais."

"Il m'a sorti beaucoup de choses transphobes, comme quoi il ne voulait pas soutenir les 'dégénérés'", dénonce de son côté Léo*, un homme transgenre. Durant l'examen, j'ai senti qu'il avait mis le spéculum, sans me prévenir de quoi que ce soit, moi qui pensais juste qu'il allait examiner l'extérieur." L'examen fini, le gynécologue "a voulu arrêter la séance" quand le jeune homme lui explique suivre un changement hormonal pour son changement de sexe.

Des témoignages sur un compte Instagram

Une troisième plaignante se souvient d'une pose d'implant cauchemardesque et des moqueries qu'elle avait subies de la part du médecin à propos d'une prétendue phobie des aiguilles. La dernière est encore choquée d'être repartie avec une crème anesthésiante alors qu'elle venait pour des rapports sexuels douloureux : "Il a apporté une solution à la douleur mais pas à sa source."

Au total, une trentaine de personnes affirment avoir été victimes de violences de la part de ce gynécologue, sur le compte Instagram "Actions féministes Tours". "J'étais juste choquée de sentir sa peau contre la mienne", "Il a forcé pour rentrer le spéculum en criant", "Je ne suis plus jamais retournée voir un gynéco", "Je l'ai vécu comme un viol", témoignent certaines de ces personnes sur France Bleu Touraine. Toutes n'ont pas souhaité porter plainte.

Le Conseil de l'Ordre des médecins ne confirme pas, ni n'infirme, avoir reçu ses plaintes. Il a un délai d'un mois, à compter de leur réception, pour organiser une réunion de conciliation avec les personnes qui ont signalé ces faits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.