Vidéo "Mesdames, n'ayez pas peur, ne retirez jamais une plainte que vous déposez" : l'appel de l'actrice Judith Chemla, victime de violences conjugales

La comédienne a accusé de violences lundi sur les réseaux sociaux son ex-compagnon et père de sa fille, le comédien et réalisateur Yohan Manca.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Judith Chemla, le 6 juillet 2022 sur France Inter. (FRANCE INTER)

"Mesdames, n'ayez pas peur, ne retirez jamais une plainte que vous déposez", a appelé mercredi 6 juillet sur France Inter l'actrice Judith Chemla, victime de violences conjugales. "On m'a intimidée, on m'a culpabilisée", relate la comédienne qui a révélé, lundi, sur les réseaux sociaux des photos de son visage tuméfié datant de l'année passée et accompagnées d'un texte dans lequel elle accuse, sans le nommer, son ex-compagnon et père de sa fille, le comédien et réalisateur Yohan Manca.

"Je n'ai pas du tout prémédité cette prise de parole, je n'ai jamais imaginé montrer ces photos", explique Judith Chemla sur France Inter. L'actrice avait indiqué sur son compte Instagram avoir pris cette décision car son ex-compagnon, condamné en mai 2022 à une peine de huit mois de prison avec sursis pour violences conjugales, harcèlement et violation de domicile, "continue d’essayer de [lui] nuire". 

"Malgré une peine de huit mois de prison avec sursis, il continue de penser que c'est une victime, raconte la comédienne. Pendant un an, je l'ai protégé. J'ai voulu que son film marche, j'ai voulu qu'il puisse continuer à travailler. Je n'ai jamais parlé. Je voulais que le père de ma fille ait du succès, que son talent s'exerce."

"Je voulais lui laisser une chance en tant que père, en tant qu'homme, en tant qu'artiste. Il a bousillé toutes ses chances les unes après les autres, il se sent au-dessus des lois."

Judith Chemla

sur France Inter

"Certaines femmes n'ont plus le courage de se battre", regrette Judith Chemla. Elle les appelle à "porter plainte" et à "se battre" pour leurs enfants, "pour que leurs pensées, leur intégrité morale soient protégées". Elle décrit sa fille, âgée de cinq ans, comme "instrumentalisée" par son père. "Pourquoi je parle aujourd'hui ? Parce que ces mots de ma fille, ceux que je vais vous dire maintenant, je vais me battre contre ça. Ces mots de ma fille qui me dit : 'Moi, un jour, si quelqu'un me fait du mal, je ne demanderai pas à la justice de me protéger'. Je me battrai pour qu'elle sache qu'elle doit se protéger et qu'elle protège ainsi d'autres femmes. Et lui, qu'il comprenne que s'il ne change pas, sa fille sera une femme battue consentante."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.