Cet article date de plus de deux ans.

La première condamnation pour injure publique à caractère sexiste a été officiellement prononcée

Le délai d'appel de la décision rendue par le tribunal correctionnel de Paris a pris fin, la rendant ainsi définitive.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Anne-Cécile Mailfert, à Paris le 16 février 2015. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

La première condamnation pour injure publique à caractère sexiste a officiellement été prononcée, indique la Fondation des Femmes dans un communiqué, jeudi 27 septembre. Le délai d'appel de la décision rendue par le tribunal correctionnel de Paris a pris fin ce jour, la rendant ainsi définitive.

Le vendredi 25 mai, le tribunal correctionnel de Paris a prononcé une condamnation pour des faits "d'injure publique à raison du sexe" à l'encontre de deux médecins. Ils ont chacun été condamnés à 1 000 euros d'amende, dont 500 avec sursis. L'un d'eux avait l'intention de faire appel mais s'est finalement désisté.

"J'espère que d'autres victimes oseront désormais porter plainte"

Les faits remontent à 2015, lorsque Anne-Cécile Mailfert – actuelle présidente de la Fondation des femmes, alors porte-parole d'Osez le féminisme ! –, avait dénoncé une fresque à caractère pornographique mettant notamment en scène une caricature de Marisol Touraine, ministre de la Santé de l'époque, objet d'un viol collectif, dans la salle de garde du CHU de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Injuriée et harcelée par téléphone, Anne-Cécile Mailfert avait alors porté plainte. Elle se félicite aujourd'hui de cette condamnation : "J'espère que d'autres victimes oseront désormais porter plainte comme moi et que cela dissuadera les potentiels auteurs d'utiliser de telles injures. Le sexisme ce n'est pas une blague, c'est un délit."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.