Féminicide : une 74e victime de violences conjugales

Toutes les 47 heures, une femme meurt des mains de son conjoint ou ex-compagnon. Depuis janvier, 74 femmes sont mortes. La dernière en date à Perpignan, tuée par son conjoint devant ses enfants.

Elle avait 32 ans, était mère de quatre enfants âgés de 1 à 9 ans. Ses cris ont alerté le voisin qui s'est précipité pour s'interposer, mais la femme gisait déjà par terre, poignardée. "Je me suis rendu dans l'appartement, parce que je savais qu'il y avait les enfants et je voulais la voir, et ce qui s'était passé. Mais j'ai vite compris qu'il n'y avait rien à faire. Ils se disputaient violemment, mais qu'il la tue, je ne pensais pas. Elle l'aimait, mais elle avait peur. Elle était revenue, elle n'aurait jamais dû", témoigne Kévin Ribeiro, le voisin.

Aucune plainte

La jeune femme, qui venait de retrouver un emploi, prenait souvent le café chez sa voisine, Élodie Caron. "Je sais que depuis un mois, elle en avait un petit peu marre. Il la bousculait un peu. Mais elle me disait qu'il ne la tapait pas. Il s'en voulait beaucoup et il allait changer, disait-il. C'était par rapport à l'alcool, il était très jaloux", raconte la jeune femme.
En couple depuis plusieurs années, elle n'avait jamais porté plainte contre son conjoint. Celui-ci devrait être déféré devant le parquet de Perpignan.

>> "Maintenant, il faut des actes", réclament les associaitons de défense des femmes victimes de violences

Le JT
Les autres sujets du JT
Des inscriptions contre les violences sexistes ont été dessinées sur la place de la Républiqe, à Paris, le 29 septembre 2018.
Des inscriptions contre les violences sexistes ont été dessinées sur la place de la Républiqe, à Paris, le 29 septembre 2018. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)