Féminicide à Mérignac : le suivi judiciaire du mari remis en question

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Féminicide à Mérignac : le suivi judiciaire du mari remis en question
France 2
Article rédigé par
A.Bard, G.Balsé, A.Delcourt, S.Giaume, T.Breton, F.Dumont, B.Thomas - France 3
France Télévisions

Les suites de l'enquête sur le meurtre d'une femme de 31 ans, brûlée vive par son mari à Mérignac, en Gironde, ont fait apparaître de nombreux ratés dans le suivi judiciaire du mari. 

La jeune maman de trois enfants, tuée à Mérignac en Gironde, était violentée et harcelée par son ex-conjoint. Sa mort aurait-elle pu être évitée ? Des erreurs ont été commises du côté justice et du côté police. Le 4 mai, lorsque son mari la tue, Mounir B. a déjà été condamné pour violences volontaires à son égard. L'homme est en sursis et a l'interdiction de s'approcher d'elle. Mi-mars, soit un mois et demi avant le drame, il l'avait même violemment agressée.

Violation de ses obligations

La victime se rend au commissariat et porte plainte. Le 16 mars, la police se met à la recherche de l'homme, sans succès. Il se présente pourtant le 26 mars et le 14 avril au service chargé de son suivi judicaire. Il avoue même lors d'un entretien avoir violé certaines de ses obligations. Dans ce cas, le service de probation doit suivre une procédure précise. En tout cas, l'individu repart libre. Des instructions judiciaires et administratives sont en cours pour identifier les dysfonctionnements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.