Bordeaux : agressions de femmes sur le campus

Victimes d'agressions, les étudiantes jugent insuffisantes les mesures de sécurité mises en place par les universités à Bordeaux (Gironde).

FRANCEINFO

La journaliste Lisa Beaujour a enquêté sur les affaires de viols sur le campus de Bordeaux (Gironde). À 19 heures, le campus est plongé dans le noir. "Je ne suis même pas sûre que vous arriviez à filmer, tellement c'est sombre, alors imaginez ces étudiantes, qui se font agresser", informe Fanny, chargée de cours. Une étudiante a été violée il y a trois semaines à un arrêt de tramway. Un autre viol avait été commis en 2012 à Bordeaux. Quelques lampadaires ont été installés près du campus. Mais cette mesure est jugée insuffisante par les étudiantes. Construit dans les années 1960, le campus de Bordeaux fait 235 hectares. Il réunit plusieurs universités et Sciences Po. Entièrement ouvert, il est très difficile à surveiller. En 2017, des professeurs ont mené une étude sur l'insécurité sur le campus. Les résultats sont édifiants. Sur près de 5 000 personnes interrogées, 26% ont été victimes d'une agression.

Mobilisation des universités

Aujourd'hui, les responsables des universités ne minimisent pas le problème. "Nous avons un plan immédiat de réaction à court terme avec l'installation d'une caméra. À long terme, nous souhaitons une réappropriation collective du campus, avec des lieux de vie, des jardins partagés...", détaille la professeure Marion Paoletti, de la cellule de veille sur les violences sexistes de l'Université de Bordeaux. La semaine du lundi 10 décembre, les universités ont envoyé un mail recommandant aux étudiantes de taper à l'avance le "17" sur leur portable pour appeler rapidement la police en cas de problème. Un conseil qui a choqué un certain nombre d'entre elles. "Il est intolérable d'entendre aujourd'hui que c'est aux femmes de faire attention", s'indigne Élisa en agrégation d'histoire. Cette étudiante a vu il y a deux ans un exhibitionniste sur le campus. Après avoir interpellé la police, l'un des agents lui explique qu'elle n'avait pas "à avoir de si beaux yeux". Depuis cet événement, elle ne reste jamais sur le campus après les cours.

Retrouvez les vidéos de Lisa Beaujour sur sa chaîne Youtube

Des inscriptions contre les violences sexistes ont été dessinées sur la place de la Républiqe, à Paris, le 29 septembre 2018.
Des inscriptions contre les violences sexistes ont été dessinées sur la place de la Républiqe, à Paris, le 29 septembre 2018. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)