Affaire Bayou : l'intervention de Sandrine Rousseau est "maladroite", selon David Belliard mais l'élu EELV dénonce "la violence dont elle est aujourd'hui la victime"

D'après l'adjoint à la mairie de Paris, la députée écologiste "reste dans un combat juste : le combat pour le féminisme, la lutte contre les violences sexistes et sexuelles".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sandrine Rousseau, députée EELV, à l'Assemblée nationale, lundi 3 octobre 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Sandrine Rousseau s'est peut-être mal exprimée, moi-même je ne l'aurai pas fait comme ça sur un plateau de télévision", admet mardi 4 octobre sur franceinfo David Belliard, adjoint EELV à la maire de Paris. Il réagit après l'entretien accordé par Julien Bayou au journal Le Monde ce mardi.

Selon l'ex-secrétaire national du parti, l'élue écologiste "est allée trop loin" concernant son signalement auprès de la cellule interne du parti EELV. Julien Bayou est mis en cause par son ex-compagne pour des faits de "violences psychologiques".

>>> Affaire Bayou : "Sandrine Rousseau n'aurait pas dû se faire porte-parole d'une affaire dont elle ne connaît pas grand-chose", réagit Olivier Faure

Si David Belliard juge l'intervention de Sandrine Rousseau "maladroite", il condamne "la violence dont elle est aujourd'hui la victime". D'après l'adjoint à la mairie de Paris, la députée écologiste "reste dans un combat juste : le combat pour le féminisme, la lutte contre les violences sexistes et sexuelles". "On parle aujourd'hui plus de Sandrine Rousseau que des milliers et milliers de viols et violences qui passent au travers des filets de la justice", regrette-t-il.

"Il n'y a pas d'affaire juridique"

Alors que Julien Bayou considère "qu'il n'y a pas d'affaire", David Belliard tient à rappeler qu'une procédure est en cours. "La cellule a été saisie, à elle de faire son travail", avance l'adjoint EELV à la maire de Paris, précisant ce n'est pas un travail juridique. "En cela il n'y pas d'affaire juridique c'est un point factuel. Par contre il y a un sujet, il y a deux paroles qui s'affrontent", souligne-t-il.

"C'est un sujet compliqué qui mêle l'intime et le politique", résume David Belliard. "On est vraiment dans le domaine du politique : de ce qui est acceptable ou non pour le collectif politique que nous sommes". Il estime à ce titre que la cellule interne d'EELV contre les violences sexuelles et sexistes devra être réformée au cours du congrès du parti.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.