Soupçons de viols dans le milieu du porno : quatre nouvelles gardes à vue

Au total, douze mises en examen ont été prononcées dans cette enquête. Plus d'une quarantaine de victimes, ainsi que des associations, se sont constituées parties civiles. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un écran sur lequel est affiché les vidéos d'un site pornographique avec à côté un logo interdit aux moins de 18 ans, le 6 septembre 2022. (THIBAUT DURAND / HANS LUCAS / AFP)

Quatre hommes ont été interpellés dans l'enquête sur l'ancienne plateforme de vidéos pornographiques French Bukkake, a appris franceinfo de source proche du dossier, mardi 27 septembre. Au moins trois d'entre eux sont des acteurs. Ils ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'information judiciaire ouverte en octobre 2020 pour "traite d'êtres humains aggravée", "viol en réunion" ou "proxénétisme aggravé".

Plus d'une quarantaine de victimes, ainsi que des associations, se sont constituées parties civiles dans ce dossier. Au total, douze mises en examen ont été prononcées, notamment pour "viols", "proxénétisme aggravé", "traite d'être humains aggravés" et "blanchiment". Parmi eux, des acteurs, des réalisateurs et des producteurs. La grande majorité est incarcérée, dont les producteurs surnommés "Pascal OP" et "Mat Hadix", très connus dans ce milieu.

L'enquête est partie du site French Bukkake de Pascal Op, et de soupçons sur des pratiques de proxénétisme qu'il abriterait. Au fil de leur enquête, les gendarmes de la section de recherches de Paris se sont interrogés, selon l'AFP, sur la réalité du consentement des jeunes femmes aux différentes prestations sexuelles présentées, puisque dans certains passages isolés par les enquêteurs, elles s'opposaient verbalement à des pratiques qui leur étaient imposées.

Vous pourrez regarder l'émission "Complément d'enquête" consacrée à ce sujet, jeudi 29 septembre à 23 heures sur France 2.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.