Viols dans le milieu de la pornographie : quatre acteurs ont été mis en examen

Un juge d'instruction parisien a procédé vendredi à la mise en examen de quatre hommes pour "viols" pendant le tournage de films pornographiques. Trois sont placés en détention provisoire. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le tribunal judiciaire de Paris, le 22 juillet 2018 (illustration). (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

L'enquête concernant des vidéos publiées sur un site pornographique a progressé, vendredi 22 octobre, avec quatre nouvelles mises en examen pour "viols", a appris franceinfo jeudi 28 octobre de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV. Un juge d'instruction a pris cette décision à l'encontre de quatre acteurs, dont au moins deux sont des professionnels, pour des faits commis pendant le tournage de films pornographiques. Trois d'entre eux ont été placés en détention provisoire, le quatrième a été placé sous contrôle judiciaire.

Une cinquantaine de victimes recensées

Ces poursuites s'inscrivent dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour enquêter sur des vidéos publiées sur le site "French Bukkake" – depuis fermé sur réquisition judiciaire – montrant des rapports sexuels entre plusieurs hommes et une seule femme. Ce site avait en effet la particularité de permettre à ses abonnés payants de participer à des tournages en tant qu'acteurs. Certaines vidéos montrent des femmes explicitement non-consentantes. Selon une source proche de l'enquête, les investigations et notamment l'analyse d'une dizaine de vidéos ont permis d'identifier une cinquantaine de victimes.

Ces quatre mises en examen s'ajoutent aux quatre premières qui avaient été décidées il y a un an, en octobre 2020, notamment à l'encontre des producteurs "Mat Hadix" et "Pascal OP" (le responsable de la plateforme de vidéos), tous les deux mis en examen notamment pour "proxénétisme" et "traite d'êtres humains".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.