Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Les cabines téléphoniques publiques ne survivent pas aux portables

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
CLAUDE GUENEAU, DENIS BASSOMPIERRE et ANTOINE PLACIER - FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

En dix ans, les appels passés depuis une cabine publique ont chuté de 90%. En 2013, France Télécom a démantelé plus d'un millier de cabines publiques chaque mois.

La mort des cabines téléphoniques, ou publiphones, est annoncée. Avec la généralisation des téléphones mobiles chez les Français, on a pu constater leur diminution drastique dans les villes, ces dernières années. En 2013, France Télécom a démantelé plus d'un millier de cabines publiques tous les mois. L'autorité de régulation des télécommunications, l'Arcep, ne souhaiterait conserver qu'une cabine fonctionnelle au moins dans chaque commune, voire deux dans les villes de plus de mille habitants. 

"Le trafic n'est aujourd'hui pas loin de zéro, il le sera en 2015", selon Lorraine Lépine, la responsable de la publiphonie chez France Télécom, interrogée par France 3. France Télécom affirme perdre de l'argent avec les cabines publiques, la subvention qui est versée par les opérateurs ne suffisant plus à couvrir les frais d'entretien. L'ensemble des cabines pourraient donc disparaître au 31 décembre 2016, sauf si l'Etat en décide autrement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.