VIDEO. Fin du monde : l’accès au pic de Bugarach sera bien interdit, selon le préfet

Les autorités ont prévenu qu'elles combattraient l'exploitation commerciale de la fin du monde au pied du pic de Bugarach (Aude), un minuscule village de 200 personnes, prétendu refuge contre l'apocalypse annoncée pour le 21 décembre. 

APTN

FIN DU MONDE - Les autorités ont prévenu qu'elles combattraient l'exploitation commerciale de la fin du monde au pied du pic de Bugarach (Aude), un minuscule village de 200 personnes, prétendu refuge contre l'apocalypse annoncée pour le 21 décembre. Les accès seront filtrés par une centaine de policiers et de pompiers. 

Le préfet de l'Aude, Eric Freysselinard, qui attend quelques centaines de personnes,  a déclaré à des journalistes sur place : "Nous interdiront l'accès au haut de la montagne, au moins la partie la plus escarpée. Pour le reste, nous nous contenterons de contrôler les accès au village (... ), en fonction de l'affluence, nous contrôlerons les flux."

Des terrains où planter sa tente seraient à louer pour 450 euros par jour, ou encore une maison "fin du monde" entre 1 500 et 2 000 euros la semaine, des tarifs dont la région était peu coutumière jusqu'à sa récente notoriété internationale. Bugarach et son pic, point culminant du massif des Corbières, sont l'un des endroits du globe où il faut être si l'on ne veut pas disparaître avec le reste de l'humanité le 21 décembre. C'est en tout cas ce que prophétisent les tenants du cataclysme, dont les théories, inspirées du calendrier maya ou par l'hypothèse d'une inversion des pôles, abondent sur internet.

Les autorités ont prévenu qu\'elles combattront l\'exploitation commerciale de la fin du monde au pied du pic de Bugarach (Aude), un minuscule village de 200 personnes, prétendu refuge contre l\'apocalypse annoncée pour le 21 décembre. Les accès seront filtrés par une centaine de policiers et de pompiers.
Les autorités ont prévenu qu'elles combattront l'exploitation commerciale de la fin du monde au pied du pic de Bugarach (Aude), un minuscule village de 200 personnes, prétendu refuge contre l'apocalypse annoncée pour le 21 décembre. Les accès seront filtrés par une centaine de policiers et de pompiers. (MAXPPP)