Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Faut-il interdire les animaux sauvages dans les cirques ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Lions, tigres et éléphants sont désormais interdits sous les chapiteaux en Belgique, pour mettre fin à des cas de maltraitances. Une mesure difficile à imaginer dans l'Hexagone, selon les dompteurs français.

Les animaux sauvages comme les lions, les tigres et les éléphants seront interdits dès la fin de l'hiver dans les cirques en Belgique. Conséquence d'une décision prise par le Parlement belge mercredi 18 décembre. Seuls seront encore autorisés dans les "cirques et expositions itinérantes" les animaux "domestiques", précise la loi adoptée à une très large majorité par les députés, malgré l'opposition des professionnels du secteur.

La Belgique rejoint ainsi l'Autriche, qui interdit déjà les animaux sauvages, et d'autres pays européens où une interdiction partielle existe : l'Allemagne, la Hongrie, le Danemark et la Suède. Le gouvernement avait indiqué en juillet que les animaux encore autorisés seraient les "bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens, chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches, canards, chevaux, ânes, poneys, moutons et chèvres".

La mesure, qui concerne également les cirques étrangers souhaitant se produire en Belgique, a été prise à la suite d'une enquête réalisée en 2011 qui avait révélé la difficulté de garantir le bien-être des animaux. Alors que les dompteurs belges ne comprennent pas cette décision, leurs collègues français n'osent pas imaginer une telle mesure dans l'Hexagone.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.