VIDEO. Eau écarlate, déodorant, dissolvant... Quand les mineurs jouent à des jeux dangereux

Après la mort d'un garçon de 11 ans à Nice, jeudi, probablement après avoir inhalé du déodorant, France 3 se penche sur le cas de ces jeunes qui inhalent des produits dangereux.

CAMILLE GUTTIN et ALEXANDRE DUPONT - FRANCE 3

Jeux dangereux. Un garçon de 11 ans est mort, jeudi 20 novembre, dans le parking souterrain d'un supermarché de Nice (Alpes-Maritimes), probablement après avoir inhalé du déodorant. Et de plus en plus de jeunes inhalent des produits toxiques pour se divertir lors des soirées.

Cette pratique venue des pays pauvres est de plus en plus fréquente dans les écoles et collèges français. Certains ado confient même leur expérience au micro de France 3. "Parfois, on a la nausée ou on a un peu des étoiles dans les yeux", explique une jeune fille qui en fait l'expérience devant la sortie du collège. Eau écarlate, déodorant, dissolvant, ces produits ont l'avantage d'être bons marchés et faciles à se procurer. "Quand on a ni bouteilles ni choses à fumer, on se demande qu'est-ce qu'on peut trouver, et on fait ça [l'inhalation de produits toxiques]", explique une adolescente.

"Tous les organes sont atteints"

Face à ce phénomène, le professeur Amine Benyamina, psychiatre addictologie à l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-Marne) tire la sonnette d'alarme : "Il y a des atteintes dans tous les organes, on a déjà le cerveau qui peut être victime d'une atrophie chez les consommateurs réguliers. Mais les reins, les poumons et même la moëlle épinière peuvent être touchés. Ce sont des produits extrêment toxiques." 

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran montrant une jeune fille qui inhale un produit dangereux, image postée sur internet
Capture d'écran montrant une jeune fille qui inhale un produit dangereux, image postée sur internet ( FRANCE 2)