Une initiative avortée pour réduire l'attente des étrangers en préfecture

Pour qu'ils évitent d'attendre des heures dans le froid ou la nuit, un ingénieur à la retraite a distribué lundi des tickets numérotés aux étrangers venus renouveler leur titre de séjour à la préfecture du Rhône, ce qui lui a valu de passer une heure au commissariat.

(L'initiative de Bernard Houot a déplu au préfet qui l'a qualifié d'"hurluberlu" et a menacé de porter plainte © Maxppp)

 Le service n’ouvre qu’à 8h30 mais à 4h du matin, ils font déjà la queue devant la préfecture, certains avec des chaises. Ils attendront parfois huit heures sur le trottoir pour obtenir un ticket qui leur permettra d’entrer.

Son initiative le conduit au commissariat

Puisque la préfecture ne peut traiter que 140 à 150 dossiers par jour pour les renouvellement, modification, demande de titre de séjour, Bernard Houot, polytechnicien de formation, propose lui des tickets à l'extérieur du bâtiment, indiquant un jour et une heure de rendez-vous, pour éviter aux gens d'attendre trop longtemps, parfois inutilement. "Au lieu de refouler les gens, on propose d'étaler leur venue sur plusieurs jours et de les organiser en fonction de leur numéro ", explique-t-il.

L’homme a distribué ses tickets aux premiers arrivants lundi et à terme, envisage de les faire piocher dans une urne. Pour l'heure cependant, son initiative lui a valu de passer une heure au commissariat, pour trouble à l'ordre public. Il en est ressorti avec une injonction de ne plus distribuer ses tickets non conformes et non reconnus par la préfecture.

Menaces du préfet

"Je suis citoyen, je ne peux pas comprendre qu'on laisse traîner une situation comme cela, c'est inhumain ", explique Bernard. Lors d'une conférence de presse dans l'après-midi, le préfet Jean-François Carenco l'a traité d'"hurluberlu" qui "veut faire le boulot du préfet". "Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées ", a-t-il ironisé en menaçant : "s'il veut le faire, il le fera en taule ". Le préfet a assuré que, si cela devait se reproduire, il porterait plainte pour "usage de faux en écriture publique ".

Selon lui, le délai d'obtention du titre de demandeur d'asile pour les primo-arrivants est à Lyon "un des plus courts de France ", alors que "nous recevons des demandes de 180.000 étrangers par an ", un chiffre en hausse de 30% par an sur les deux dernières années.

"Faire la queue pour être en France, ce n’est pas un drame"

Depuis le 9 février, la préfecture du Rhône, comme d'autres en France, a mis en place un module de rendez-vous par internet pour le renouvellement des cartes de séjour de 10 ans, destiné à réduire "de façon significative" les délais d'attente : à Lyon, cette mesure devrait bénéficier à 30.000 personnes par an, a précisé le préfet, ajoutant que deux personnes supplémentaires seraient affectées à ces guichets. "Nous ne sommes pas au supermarché du titre de séjour ", "est-ce que faire la queue pour être en France c'est un drame ? La réponse est non ", a conclu le préfet.