Cet article date de plus de deux ans.

Une députée LREM défend une proposition de loi pour défendre les accents contre la "glottophobie"

Laetitia Avia a présenté une ébauche de texte pour inscrire les humiliations liées à l'accent d'une personne au rang des sources de discriminations. La veille, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon s'était moqué de l'accent toulousain d'une journaliste qui l'interrogeait.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement, le 3 octobre 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)

Faut-il reconnaître la glottophobie comme une source de discimination ? La députée LREM Laetitia Avia a annoncé le dépôt d'une proposition de loi contre les discriminations linguistiques ou "glottophobie", jeudi 18 octobre, car elle estime que "l'accent d'une personne" peut parfois susciter des "railleries, humiliations et discriminations" et doit à ce titre retenir l'attention de la loi.

"Doit-on subir des humiliations si on n'a pas d'intonations standardisées ?"

Cette proposition ne doit sans doute rien au hasard. La veille, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon avait imité l'accent toulousain d'une journaliste pour s'en moquer, ce qui avait suscité de vives réactions. "Cette discrimination (...) est aujourd'hui ignorée dans le droit positif et ne figure pas parmi les 24 critères [de] discriminations énumérées dans l'article 225-1 du Code pénal", écrivent les élus.

Dans l'ébauche de sa proposition, Laetitia Avia précise que le terme de "glottophobie" a été théorisé en 2016 par le professeur Philippe Blanchet. "L'accent, qu'il soit mosellan, ch'ti, du sud, parisien ou encore banlieusard, qu'ils soit particulièrement prononcé ou qu'il s'entende sur quelques intonations subtiles, est partie intégante de l'identité de nombreux français."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.