Toulouse : les parents veulent appeler leur enfant Jihad, la justice se saisit de l'affaire

Selon une circulaire de 2011, "les parents ne peuvent choisir un ou des prénoms qui, seuls ou associés au nom de famille, seraient manifestement contraires à l’intérêt de l’enfant".

Un couple a décidé d\'appeler son enfant, né à cet été à Toulouse, Jihad. Dans un contexte marqué par le terrorisme, ce choix a fait l\'objet d\'un signalement à la justice.
Un couple a décidé d'appeler son enfant, né à cet été à Toulouse, Jihad. Dans un contexte marqué par le terrorisme, ce choix a fait l'objet d'un signalement à la justice. (AMELIE-BENOIST / BSIP / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La mairie de Toulouse (Haute-Garonne) a effectué un signalement au procureur de la République après avoir constaté qu'un couple souhaitait appeler leur fils Jihad. L'information a été révélée, vendredi 20 octobre, par le site ActuToulouse.fr. Il précise que l'enfant est né le 2 août 2017 dans la Ville rose, mais que la famille réside à Léguevin, à l'ouest de celle-ci.

"Jihad" ne signifie pas "guerre sainte", rappelle Abderrahmane Oumachar, cofondateur du Centre toulousain de la spiritualité musulmane, qui estime que le terme a été mal traduit, puis détourné de son véritable sens. "Ce mot signifie l’effort pour accomplir le bien, tel un médecin qui sauve des vies", abonde-t-il. Et de conclure : "Cela n’a donc rien à voir avec l’image véhiculée par les médias et pratiquée par des criminels se réclamant de l’islam." Toutefois "ce prénom suscite des incompréhensions qui risquent de nuire à l’épanouissement de l'enfant, à son intégration", relève-t-il.

Or "les parents ne peuvent choisir un ou des prénoms qui, seuls ou associés au nom de famille, seraient manifestement contraires à l’intérêt de l’enfant", insiste une circulaire de 2011. Après le signalement effectué par la mairie de Toulouse, le procureur de la République va devoir trancher et décider ou non de transmettre le dossier à un juge aux affaires familiales. Le site officiel de l'administration française précise qu'"en l'absence d'un nouveau choix de prénom par les parents conforme à l'intérêt de l'enfant, le juge attribue un autre prénom".