Thierry Lepaon dédouané par la CGT dans l'affaire de son appartement

L'enquête interne de la CGT dédouane son ancien dirigeant Thierry Lepaon de toute responsabilité dans l'affaire de la rénovation de son bureau et de son appartement de fonction, a annoncé mardi son nouveau secrétaire général, Philippe Martinez.

(Thierry Lepaon en décembre 2014 © Maxppp)

"La vérité éclate, je retrouve mon honneur, ma dignité,  le fruit de mes engagements ", déclare Thierry Lepaon dans L'Opinion à paraître mercredi. L'ancien dirigeant de la CGT est dédouané par l'enquête interne du syndicat, de toute responsabilité dans l'affaire de la rénovation de son bureau et de son appartement de fonction. C'est ce qu'a annoncé mardi le nouveau secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Selon ce document, Thierry Lepaon n'est pas intervenu dans la commande de ces prestations, n'a pas vu les devis et "a découvert les travaux une fois ceux-ci achevés ". En outre, l'entreprise avec laquelle la CGT avait l'habitude de travailler aurait surfacturé les travaux. "La Confédération étudie la façon de recouvrir le trop payé et se réserve la possibilité d'utiliser tous les recours juridiques ", a précisé Philippe Martinez devant la commission exécutive confédérale.

Le nouveau patron de la CGT Philippe Martinez salue ces conclusions même s'il continue de penser que la démission de Thierry Lepaon était nécessaire
--'--
--'--

"J'ai vécu l'enfer"

Thierry Lepaon avait fini par démissionner en janvier, après une succession de révélations : sur le montant des travaux dans son appartement de fonction, dans son bureau et sur une prime de départ qu'il avait touchée avant de prendre la tête du syndicat. "J'ai vécu l'enfer ", assure-t-il à L'Opinion. "Quand les choses arrivent dans le débat public, c'est extrêmement violent. On ne contrôle plus rien. Cela m'a fait souffrir ", ajoute-t-il. "Je me suis dit que mettre fin à mes jours dans ces conditions, c'était un peu bête ", dit-il encore au journal.

Le nouveau numéro un de la CGT a de nouveau regretté mardi que "des documents pris en interne " aient été "diffusés à la presse, alimentant une campagne de presse sans précédent à l'encontre du premier dirigeant de la CGT et de son honneur ". La CGT est aujourd'hui "en capacité " de "rétablir la vérité sur (...) l'honnêteté " de Thierry Lepaon.

Un directeur administratif pour "travailler avec plus de rigueur"

Pour éviter ce genre de situation, la CGT a pris des "mesures correctrices " a indiqué Philippe Martinez : "au moins trois devis " seront désormais requis pour "les montants supérieurs à 5.000 euros ". Et diverses autorisations seront nécessaires pour les montants supérieurs à 10.000 euros. La CGT a également "décidé de recruter " un "directeur administratif et financier " pour "travailler avec plus de rigueur ".