Cet article date de plus de deux ans.

"The Voice" : Christiane Taubira prend la défense de la chanteuse Mennel sur Facebook

Dans un texte publié sur le réseau social, l'ancienne ministre de la Justice s'adresse à la jeune femme, écartée de l'émission de TF1 après une polémique sur d'anciens tweets.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancienne ministre de la Justice, Christiane Taubira, le 6 juin 2017 à Nancy (Meurthe-et-Moselle). (MAXPPP)

"Cette histoire ne donne guère envie de plaisanter." Dans un texte mis en ligne jeudi 22 février sur Facebook, Christiane Taubira apporte son soutien à Mennel Ibtissem, la candidate de l'émission "The Voice" écartée après la découverte d'anciens messages complotistes sur les attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray. 

Après avoir salué l'interprétation d'Hallelujah par la jeune femme, l'ancienne ministre de la Justice s'attaque à la polémique, qualifiée d'"hystérie". "On vous reproche votre ‘turban’, disent-ils. Il vous sied délicieusement, sans rien dissimuler de votre beauté encore en éclosion. Ils vous reprochent de chanter en arabe… incultes, ils ne savent pas finir la phrase : en arabe la chanson d’un Juif magnifique. Quelle somptueuse audace, et quelle promesse pour notre monde !" écrit-elle.

"Vous vous êtes excusée, vous avez bien fait"

"On vous reproche des tweets passés. Vos références intellectuelles étaient loin d’être recommandables", reconnaît Christiane Taubira, tout en estimant que le sujet au cœur de cette affaire est d'abord "la fascination" exercée par ces références sur "de jeunes esprits, même brillants". Mais "vous vous êtes excusée et vous avez bien fait. N’en ayez surtout aucun regret, c’est votre hauteur".

Christiane Taubira s'en prend ensuite aux "pleutres à pseudonymes, aux doigts fébriles sur leurs claviers", avant d'adresser un message à Mennel.

La France reste une terre de passion et de générosité. (...) C'est votre pays. Ne vous le faites pas voler.

Christiane Taubira

sur Facebook

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.