Rodéos urbains : détruire les deux-roues saisis, une solution pour tenter de limiter le phénomène ?

Publié
Rodéos urbains : détruire les deux-roues saisis, une solution pour tenter de limiter le phénomène ?
Article rédigé par
E. Pelletier, A. Bard, C. Pain, C. Rigeade, E. Pepin, C. Theophilos, M. Le Rue - France 2
France Télévisions

Le motard qui a gravement blessé deux enfants, vendredi 5 août à Pontoise, près de Paris, a été mis en examen et placé en détention provisoire. Lundi 8 août, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé un durcissement des contrôles concernant le fléau des rodéos urbains. Dans certaines villes, la police détruit les véhicules saisis, mais cette mesure est pourtant difficile à appliquer.

Détruire les motos de rodéos urbains est une méthode présentée comme dissuasive, mais elle est difficile à appliquer. Le rodéo sauvage, ce sont des roues arrière, une accélération sur le trottoir, une conduite dangereuse au milieu de riverains et parfois, des accidents. Face à la recrudescence des rodéos urbains, le gouvernement durcit le ton. Les actions se multiplient selon le ministère de l’Intérieur. En juin et juillet 2022, il y a eu 8 000 opérations, 1 200 personnes interpellées et 700 engins saisis.

Une procédure longue et difficile

À Marseille (Bouches-du-Rhône), dans le sous-sol d’un commissariat, plus de 52 deux-roues ont été saisies depuis environ un an. Il en faudra encore une quarantaine avant de procéder à leur destruction. La procédure est longue. Seule la justice peut décider de les envoyer à la casse, après une enquête pour identifier le propriétaire, ce qui n’est pas simple. Le ministre de l’Intérieur vient d’exiger la saisie systématique des engins afin d’arrêter le phénomène des rodéos urbains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.