Radars embarqués confiés à des sociétés privées : une association tire la sonnette d'alarme

Des radars embarqués bientôt privatisés : dès septembre, cette mission sera confiée à des sociétés privées. Les associations d'automobilistes craignent des excès de zèle.

France 3

Deux policiers ou gendarmes aux commandes d'une des 350 voitures radars, ce sera peut-être bientôt une image d'archive. Des chauffeurs privés, seuls à bord, pourraient d'ici à septembre sillonner les routes de France. L'idée qui n'est pas nouvelle est toujours largement contestée. L'association 40 millions d'automobilistes lance une pétition électronique et dénonce la privatisation d'un pan de la sécurité routière.

"Un trait d'union entre le monde de l'argent et les radars"

"À partir du moment où la sécurité routière met un trait d'union entre le monde de l'argent, c'est-à-dire les sociétés privées, et les radars, c'est fini, on n'est plus dans la sécurité routière. On est juste en train de prouver que les radars mobiles cachés dans les plaques d'immatriculation sont bel et bien là pour faire de l'argent", explique Pierre Chasseray de 40 millions d'automobilistes. À la base, l'objectif est de libérer policiers et gendarmes de la conduite des voitures radars pour les affecter à d'autres tâches.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le modèle de radars photographiant les voitures qui doublent et roulent en sens inverse a déjà été testé le 9 juillet 2010 dans l\'Oise.
Le modèle de radars photographiant les voitures qui doublent et roulent en sens inverse a déjà été testé le 9 juillet 2010 dans l'Oise. (MAXPPP)