Normandie : à la découverte des premières voitures radars privées

Testée en Normandie depuis un an déjà, la nouvelle voiture radar ne sera plus conduite par des policiers ou des gendarmes. Explications... 

FRANCE 3

Elle a des capteurs, des caméras, de l'électronique, à l'avant, à l'arrière, sur les côtés et même dans le coffre. La nouvelle voiture radar va pouvoir traquer en toute discrétion les excès de vitesse sur nos routes. Testée depuis un an en Normandie, elle a la particularité d'être conduite, non plus par des gendarmes ou des policiers, mais par un salarié d'une société privée, ce qui fait bondir certaines associations d'automobilistes.

Mi 2019, toute la France devrait être couverte

"On est plus là pour faire de la sécurité routière, on est là uniquement pour faire de l'argent", estime Pierre Chasseray, délégué général de 40 Millions d'automobilistes. Argument réfuté par les autorités qui soulignent que la société ne sera pas payée en fonction du nombre d'infractions constatées. Reste que si les radars embarqués existent déjà, conduit par les forces de l'ordre, ils ne fonctionnent qu'1h13 par jour en moyenne. Avec le nouveau dispositif, ils devraient atteindre les huit heures de surveillance quotidienne. 26 véhicules ont été équipés pour le moment. Dans un premier temps ils circuleront autour d'Évreux (Eure), puis dans le reste de l'Eure et dans la Normandie. Mi 2019, toute la France devrait être couverte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un radar mobile embarqué dans une voiture de la gendarmerie de Niort, le 14 octobre 2016.
Un radar mobile embarqué dans une voiture de la gendarmerie de Niort, le 14 octobre 2016. (MAXPPP)