Les deux-roues n'auront plus le droit de circuler entre les files de voitures à partir du 1er février

Selon la Sécurité routière, l'accidentalité des deux-roues motorisés a augmenté de 12% sur les routes où cette pratique très répandue avait été autorisée le temps d'une expérimentation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un embouteillage à Paris, le 16 septembre 2020. (GABRIELLE C?ZARD / HANS LUCAS / AFP)

La fin d'une pratique coupe-file pour les motos. La circulation des deux-roues motorisés entre deux files de voitures, qui était expérimentée depuis 2016 dans 11 départements, dont l'Ile-de-France, sera interdite à partir du 1er février, a annoncé mercredi 27 janvier la délégation à la Sécurité routière.

Cette expérimentation, qui a eu lieu sur certaines routes en Ile-de-France, dans les Bouches-du-Rhône, en Gironde et dans le Rhône, s'achève le 31 janvier. "L'objectif de cette expérimentation était de diminuer l'accidentalité des deux-roues motorisés en encadrant" cette pratique très répandue, souligne la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Marie Gautier-Melleray. Mais le bilan de l'accidentalité est "décevant".

Une seconde expérimentation envisagée

Un rapport "montre que l'accidentalité des deux-roues motorisés a augmenté de 12% sur les routes où l'expérimentation de la circulation inter-files a eu lieu alors qu'elle a baissé de 10% sur les autres routes des départements concernés", selon un communiqué de la délégation à la Sécurité routière. Les conclusions de ce rapport "ne permettent pas de pouvoir intégrer aujourd'hui la circulation inter-file dans le code de la route".

La déléguée demande "une nouvelle expérimentation, avec des règles adaptées, afin de pérenniser cette pratique en toute sécurité". Cette seconde expérimentation, qui nécessite un nouveau décret, pourrait notamment intégrer "l'élargissement des zones géographiques concernées, une communication adaptée et continue pour parfaire la pédagogie de tous les usagers de la route sur le sujet".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.