Le nombre d'automobilistes qui utilisent leur téléphone au volant a été multiplié par deux en quinze ans

En revanche, l'alcool au volant et les gros excès de vitesse sont en baisse, selon le baromètre de l'assureur Axa.

Téléphone au volant (illustration).
Téléphone au volant (illustration). (ODILON DIMIER / MAXPPP)

Le nombre d'automobilistes qui utilisent leur téléphone portable en conduisant a été multiplié par deux en quinze ans, révèle mercredi 19 juin un baromètre sur la sécurité routière réalisé par l'assureur Axa. Ainsi, ils étaient 46% à le faire en 2019 contre 22% en 2004. Ils sont 25% à lire ou écrire un SMS en conduisant. De plus, 70% des conducteurs disent utiliser leur smartphone au volant, quel qu'en soit l'usage. Cette proportion est encore plus importante chez les jeunes (83%).

La grande vitesse et l'alcool en net recul

L'alcool au volant et les gros excès de vitesse, qui sont les deux plus grandes causes d'accidentalité, sont en baisse. En 2004, près d'un Français sur quatre (19%) disait prendre le volant après avoir bu plus de quatre verres. Ils ne sont que 6% en 2019. De même, les grands excès de vitesse sont en net recul : 11% des conducteurs reconnaissent rouler à 160-170 km/h sur autoroute, contre 29% en 2004.

Au jeu dangereux du "pas vu pas pris", aucune évolution notable : 71% des automobilistes confient passer au feu orange (ils étaient 73% en 2004) ou franchir une ligne blanche pour doubler un autre véhicule (19% en 2019, soit 1% de plus qu'en 2004). 

Les trottinetinetistes s'autorisent des comportements dangereux

L'arrivée de nouveaux engins de mobilité (comme les trottinettes électriques ou les monoroues) induit également de nouveaux enjeux de partage des voies, selon Axa. Selon le baromêtre, faute d’encadrement et de zones de circulation dédiées, les usagers de trotinettes s’autorisent toutes sortes de comportements dangereux aussi bien pour eux-mêmes que pour les autres usagers de la route. Ainsi, 61% d'entre eux conduisent à vive allure en dépassant les piétons, quand 41% d'entre eux transportent des passagers. La même proportion d'usagers n'hésite pas à utiliser leur téléphone en roulant. 

Plus d'un Français sur deux place toujours les conducteurs de deux-roues motorisés comme les plus dangereux. De plus, quatre piétons sur 10 se sentent en insécurité sur les trottoirs.