Le contrôle technique pour les deux-roues va devenir obligatoire début 2024, annonce le ministre délégué aux Transports

Cette mesure devrait concerner tous les deux-roues et coûter "une cinquantaine d'euros". Les premiers à devoir s'y conformer seront ceux immatriculés avant 2017.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Lors d'une manifestation de motards contre le contrôle technique obligatoire pour les deux-roues, le 22 avril 2023 à Paris. (SERGE TENANI / HANS LUCAS / AFP)

La fin d'un long feuilleton. Les deux-roues vont bel et bien devoir se conformer à un contrôle technique à partir de l'an prochain. Le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, a annoncé, samedi 24 juin dans une vidéo sur le média Brut, que cette obligation entrerait en vigueur "début 2024", sans préciser la date exacte. Cette annonce fait suite à un long bras de fer avec le Conseil d'Etat qui, le 2 juin, avait donné deux mois au gouvernement pour prendre un arrêté instituant le contrôle technique des deux-roues, conformément à une obligation européenne.

Une consultation va être organisée jusqu'au 22 juillet pour déterminer les conditions dans lesquelles ce contrôle va s'appliquer, explique le ministère dans un communiqué. Le gouvernement propose que le contrôle technique s'applique à "tous les deux-roues", y compris ceux dont le gabarit est inférieur à 125 cm3, de façon échelonnée en fonction de l'âge du véhicule. Ainsi, les premiers deux-roues concernés, à partir de début 2024, seront ceux immatriculés avant 2017, a précisé Clément Beaune.

Selon le projet du gouvernement, le premier contrôle devra avoir lieu cinq ans après la mise en circulation, puis tous les trois ans, des conditions plus souples que ce qui avait été envisagé initialement. Clément Beaune promet par ailleurs de simplifier le contrôle afin qu'il soit "le moins cher possible", évoquant un coût d'une "cinquantaine d'euros". Une prime à la conversion octroyant jusqu'à 6 000 euros d'aide sera par ailleurs mise en place.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.