Edouard Philippe "favorable à titre personnel" à la limitation à 80 km/h sur les routes nationales et départementales

Selon les associations de sécurité routière, cette réduction de la vitesse pourrait permettre de sauver 400 vies chaque année.

Le Premier ministre Edouad Philippe quitte l\'Elysée, le 22 novembre 2017.
Le Premier ministre Edouad Philippe quitte l'Elysée, le 22 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Devra-t-on bientôt lever le pied ? Le Premier ministre Edouard Philippe s'est dit, lundi 11 décembre, "favorable" à la réduction de la vitesse à 80 km/h, au lieu de 90 km/h, sur les routes nationales et départementales. Cette annonce intervient alors que le nombre de morts sur les routes est reparti à la hausse en novembre.

A titre personnel, j'y suis favorable car je sais que deux tiers des accidents se concentrent sur ces tronçons de routes nationales et départementales bidirectionnelles aujourd'hui limitées à 90 km/h.Edouard Philippe

Mais "la décision sera prise au mois de janvier" lors du comité interministériel de la sécurité routière qui se tiendra "probablement le 18", a rappelé le Premier ministre lors d'un point-presse tenu à Coubert (Seine-et-Marne).

La réduction de la vitesse à 80 km/h sur les routes à double sens est source de vifs débats ces dernières années chez les acteurs de la sécurité routière. Cette baisse est préconisée par des associations de sécurité routière, qui affirment qu'elle permettrait de sauver 400 vies chaque année. Mais des collectifs d'automobilistes y sont fermement opposés, y voyant un outil de supplémentaire de répression.