Contre l'alcool au volant, Christophe Castaner encourage la généralisation de l'éthylotest antidémarrage

En cas d'infraction routière liée à l'alcool, le préfet peut proposer l'installation d'un éthylotest antidémarrage comme alternative au retrait de permis. Une solution que le ministre de l'Intérieur veut voir se déployer.

Christophe Castaner présente les éthylotests antidémarrage en Seine-et-Marne.
Christophe Castaner présente les éthylotests antidémarrage en Seine-et-Marne. (MARGAUX STIVE / RADIO FRANCE)

En pleine période de fêtes de fin d'année, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a présenté jeudi 26 décembre en Seine-et-Marne le dispositif d'éthylotest antidémarrage. Depuis septembre 2018, les préfets peuvent utiliser ce dispositif comme alternative au retrait de permis. Cinquante-quatre départements proposent déjà cette solution, mais Christophe Castaner veut aller plus loin et encourager toutes les préfectures à utiliser de plus en plus ce système.

Un éthylotest antidémarrage.
Un éthylotest antidémarrage. (MARGAUX STIVE / RADIO FRANCE)

Alternative au retrait de permis

Il s'agit d'un petit boîtier que l'on installe dans la voiture. Avant de pouvoir démarrer, il faut souffler. Si le conducteur a bu, le véhicule ne démarre pas. Dominique en a installé un dans la voiture de son entreprise après qu'un de ses employés ait été contrôlé en état d'ébriété. Sans ce boîtier, l'employé de Dominique aurait sûrement perdu son travail, d'où l'idée de ce dispositif de proposer une alternative au retrait de permis.

Pour les conducteurs arrêtés avec plus de 0,8 gramme d'alcool par litre de sang, le préfet peut décider de proposer cette solution pour une durée de 6 mois, renouvelable une fois. À la différence du retrait de permis, cela permet de garder une vie normale, estime Christophe Castaner.

C'est une mesure qui, à la fois est une mesure de répression sur l'alcoolémie au volant (...) et en même temps c'est une mesure qui prend en compte la réalité humaine.Christophe Castaner

Acheté neuf, le dispositif coûte environ 1 300 euros, ce à quoi il faut ajouter 400 euros de frais d'installation. À la location, cela représente un peu moins de 100 euros par mois. La facture est entièrement due par l'automobiliste, mais les prix devraient baisser progressivement avec l'augmentation de fabricants d'éthylotests antidémarrage. D'ici 2022, toutes les voitures neuves seront par ailleurs équipées d'une prise qui permettra de faire baisser les frais d'installation.

À ce jour, tous les départements ne sont pas encore dotés de centres agréés qui savent installer ces éthylotests, mais l'idée est de faire entrer le système dans les mœurs et qu'il soit de plus en plus utilisé. Dans les pays où la mesure a été généralisée, le taux de récidive a chuté, assure Christophe Castaner, ce qui n'est pas un détail quand on sait que l'alcool au volant est responsable de 30% des morts sur la route en France.