Circuler à 30 km/h dans Paris permettra "d’améliorer la sécurité", de "baisser les nuisances sonores" et de "fluidifier le trafic", assure la mairie

A partir du 30 août prochain, la vitesse sera limitée à 30 km/h dans quasiment tout Paris.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Avenue du Maine à Paris le 29 septembre 2020. (GILLES TARGAT / GILLES TARGAT)

Limiter la circulation à 30 km/h dans quasiment tout Paris dès la fin du mois d’août permettra "d’améliorer la sécurité" des piétons et des cyclistes, de "baisser les nuisances sonores" mais aussi de "fluidifier le trafic", assure sur franceinfo jeudi 8 juillet David Belliard, adjoint à la maire de Paris chargé de la transformation de l’espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voierie.

franceinfo : Pourquoi avez-vous pris cette décision ?

David Belliard : Nous souhaitons améliorer la sécurité. Lorsqu’on a moins de vitesse, on a plus de sécurité. Plus de sécurité pour les piétons, pour les cyclistes. On a des risques d’accident grave beaucoup moins importants lorsqu’on est à 30 km/h plutôt qu’à 50 km/h. Et puis il y a une deuxième raison, peut-être moins connue, c’est que baisser la vitesse à 30 km/h permet aussi de baisser les nuisances sonores. Le gain est à peu près de trois décibels. Alors ça peut paraître très peu mais en fait c’est un gain ressenti de la moitié. C’est comme si on entendait deux fois moins le bruit lié à la circulation automobile. Donc cette mesure va concerner la moitié du territoire parisien excepté quelques axes, notamment le boulevard des Maréchaux, qui fait le tour de Paris, les axes dans les bois, pour permettre aux bus de continuer à circuler correctement, et les Champs-Elysées, qui resteront à 50 km/h.

Cette mesure concernera-t-elle tous types de véhicules, les voitures, camions, scooters, motos ?

Cela concerne tout le monde. Tout le monde devra rouler à 30 km/h, le 30 août. Le 30 août, Paris passe à 30. Aujourd’hui, la vitesse de circulation est déjà largement inférieure à 30 km/h. La vitesse moyenne est en-dessous de 15 km/h. Donc ce qu’on fait, c’est qu’on va surtout fluidifier la circulation. Nous allons imposer, en tout cas, demander, un certain nombre de nouvelles règles pour justement limiter les effets d’accélération et de décélération.

A quoi bon mettre une limitation pour une vitesse que l’on n’atteint pratiquement jamais, dans le centre de Paris ou dans des petites rues ?

D’abord, cette mesure change quelque chose sur des grands axes qui sont extrêmement accidentogènes. Il y a deux semaines, une jeune fille s’est fait percuter par un deux-roues motorisé qui allait extrêmement vite, en pleine nuit. Elle est décédée. A Paris, chaque année, plusieurs personnes meurent sous les roues de voitures ou de poids lourds. Et diminuer la vitesse, notamment sur ces axes-là, c’est diminuer le risque d’accident. Et puis, plus globalement, avoir une limitation de vitesse à 30 km/h, c’est fluidifier la circulation, c’est justement permettre d’éviter les à-coups qui font beaucoup de bruit et rendent la circulation souvent difficile et pénible. Donc notre mesure est aussi une proposition en vue de la fluidification du trafic.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.