Charente-Maritime : un conducteur mis en examen pour avoir percuté un groupe de cyclistes faisant un mort

Un jeune automobiliste a été mis en examen pour homicide involontaire après avoir renversé un groupe de personnes à vélo jeudi 29 septembre. L'un de ces cyclistes est mort dans l'accident.

Article rédigé par
France Bleu La Rochelle - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les pompiers de Charente-Maritime sont intervenus, jeudi 29 septembre, sur un gros accident de la route entre une voiture et des cyclistes au nord de Saintes. (LISE DUSSAUT / RADIOFRANCE)

Un automobiliste de 18 ans, qui a percuté un groupe de cyclistes jeudi 29 septembre au nord de Saintes (Charente-Maritime), a été mis en examen pour homicide involontaire, rapporte ce dimanche 2 octobre France Bleu La Rochelle. L'accident a fait un mort et trois blessés légers. Le groupe, d'une vingtaine de cyclistes licenciés dans plusieurs clubs amateurs, était parti pour une randonnée.

Une information judiciaire pour "homicide involontaire et blessures involontaires" a été ouverte. Le jeune homme sans antécédent judiciaire a été placé sous contrôle judiciaire, avec obligation de remise de son permis de conduire.

Pas de trace d'alcool, ni de drogues

Le conducteur affirme avoir perdu le contrôle de son véhicule. C'est le président du club, "Le Braquet Saintongeais" qui a été mortellement percuté.

L'accident a eu lieu jeudi en début d'après-midi sur la route de Port-d'Envaux. Le lendemain les cyclistes - qui ont joint France Bleu La Rochelle - ont tenu à repréciser qu'ils pédalaient bien en rang par deux et ne prenaient pas toute la voie de circulation. Il y avait donc la place, selon eux, pour croiser une voiture sans danger.

Les tests de dépistage à l'alcool et aux stupéfiants pratiqués sur l'automobiliste sont négatifs. L'enquête doit encore déterminer s'il roulait trop vite sur cette portion de route limitée à 70 km/h.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.