Vidéo Après 15 ans de vie à la rue, une inconnue l’aide à trouver un logement

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Abdelmajid Mehdi a vécu dans des véhicules, avant d’enfin avoir un logement après 15 ans dans la rue. Il le doit à l’aide de Sherazade, une jeune femme qu’il a rencontrée dans un supermarché. Voici son histoire.
Brut.
Article rédigé par
Abdelmajid Mehdi a vécu dans la rue pendant 15 ans, avant d’enfin avoir son propre logement. Il le doit à l’aide de Sherazade, une jeune femme qu’il a rencontrée dans un supermarché. Voici son histoire.

C'était difficile parce que, avec le sanitaire, un véhicule, une petite voiture de 106 Peugeot, il n'y a ni sanitaires, ni lit, on ne peut pas manger... C'est la prison à ciel ouvert.” Abdelmajid Mehdi est devenu sans abri en 2007. Son seul logement était sa voiture. “Après, il y a des gentils voisins qui, quand même, m'ont tendu la main. Et donc, solidairement, ils m'ont payé un petit camion, un fourgon dans lequel j'ai passé quelques années. Et ils m'ont procuré, quand même, un camping-car avec le sanitaire, avec tout ce qu'il faut! Bah, j'étais quand même heureux”, se souvient-il. 

“J'ai essayé de lui apporter mon aide, à mon échelle”

Il arrive du Maroc à 20 ans, et travaille dans l’automobile. Il enchaîne les boulots, mais doit loger chez les uns et les autres pour vivre. “C'était provisoire, j'étais logé soit chez l'employeur, ou l'ami, mais j'ai le pied à la rue, toujours à la rue, instable”, explique-t-il. Malgré toutes ses difficultés, il n’a jamais voulu retourner au Maroc. “Avec 50 années, mes racines sont coupées. Je serais encore plus étranger chez moi qu'ici, plus étranger, parce que tous les membres de ma famille sont partis. Quand on traverse un demi-siècle pour retourner chez soi, on est méconnu.

Aujourd’hui, Abdelmajid Mehdi n’est plus à la rue. C’est Sherazade qui s’est battue pour lui trouver un logement. “Je l'ai rencontré en faisant mes courses au Leclerc de Vitry, il était à la caisse devant moi et sa personne m'a interpellée”, se rappelle-t-elle. “J'ai essayé de lui apporter mon aide... Enfin, de l'aide, à mon échelle. Je n'ai pas eu d'autres choix que de demander de l'aide au peuple, en fait, on va dire. Et je les remercierai jamais assez, parce que cet élan de solidarité, ça lui a permis d'avoir un logement très rapidement. J'en ai fait un membre de ma famille tout simplement et aujourd'hui, c'est une personne à part entière dans ma vie”, continue Sherazade. “C'est mon ange, elle m'a sauvé”, s’exclame Abdelmajid Mehdi. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.