Pauvreté : en France, le retour en force des bidonvilles

Selon un rapport du Secours catholique, les enfants pauvres sont de plus en plus nombreux en France, et seraient même majoritaires dans les centres d'accueil. 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, et 16 000 personnes logent encore dans des bidonvilles.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La petite route ne porte pas de nom et n'est pas répertoriée sur les cartes de région parisienne. Pourtant, il y a du monde ici : des caravanes et des familles qui vivent cachées entre la voie de chemin de fer et les pylônes d'une vaste chaufferie. Ce sont les membres d'une association qui nous conduisent France 2 dans ce bidonville, qui abrite "entre 15 et 20 familles environ, soit une cinquantaine de personnes", indique Sarah Berthelot, de l'association "Acina".

Presque tous sont issus de la communauté rom. Ils ont fui la pauvreté et les discriminations dont ils se disent victimes en Roumanie. Une fois en France, ils ont bâti ces campements de fortune, le temps de trouver un emploi, pensaient-ils. Mais pour cette famille rencontrée par France 2, cela fait déjà trois ans qu'elle vit dans des conditions insalubres. Comme beaucoup, la famille survit en revendant de la ferraille et des déchets. Elle gagne moins de 500 euros par mois. Une vie enfermée dans la précarité. Certains sont même nés dans ces bidonvilles.

Démolir les bidonvilles ou favoriser l'insertion sociale de ses occupants ?

Une génération bidonville en France, ce n'est pas une nouveauté. Dans les années 1960, déjà, Espagnols, Portugais et Algériens ont connu ce sort. Ils étaient 45 000 jusqu'à ce que les constructions de HLM leur permettent de trouver un toit. Mais depuis 25 ans, les bidonvilles se sont reformés, avec principalement des migrants des pays de l'Est. Au pied des immeubles, dans le 18e arrondissement de Paris, 350 personnes vivent dans un bidonville sans eau courante, au milieu des déchets et des rats, sous les yeux stupéfaits des passants.

Selon les associations, l'État n'investit pas assez dans les centres d'hébergement d'urgence. Bien souvent, la seule réponse des autorités est la destruction des bidonvilles. Certaines communes comme Toulouse (Haute-Garonne) logent gratuitement des personnes à la condition qu'elles apprennent le français et trouvent un emploi. Un investissement rentable selon le maire de la ville rose Daniel Rouge. 650 personnes sont ainsi prises en charge et 250 paient désormais elles-mêmes le loyer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Pauvreté : en France, le retour des bidonvilles
Pauvreté : en France, le retour des bidonvilles (France 2)