Cet article date de plus d'un an.

Saint-Valentin : qui se cache derrière le cœur géant dessiné dans le ciel de Lyon ?

Il s'agit d'une initiative réalisée par un pilote originaire de la ville, spécialisé dans le "skywritting", ou l'écriture dans le ciel, à la demande des particuliers qui voulaient voir leurs messages d'amour affichés en grand.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cœur géant dessiné le 14 février 2019 dans le ciel de Lyon (Rhône). (STEPHANE TRENTESAUX / FRANCE 3 AUVERGNE RHONE-ALPES)

Un cœur géant dessiné dans le ciel à l'occasion de la Saint-Valentin. C'est ce qui s'est passé à Lyon (Rhône), jeudi 14 février. Avant de réaliser ce cœur transpercé d'une flèche, le pilote de l'avion a également écrit "bisou" dans le ciel. L'apparition de ce symbole de l'amour et de ce message a intrigué de nombreux habitants, qui ont immortalisé l'instant en vidéo et en photo.

Les plus curieux se sont demandés qui était derrière cette initiative. Il s'agit de Walter Dintinger, pilote sportif originaire de Lyon. Pour voir leurs messages s'afficher dans le ciel, les particuliers doivent payer entre 1 300 et 3 000 euros, précise à franceinfo France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

"Une vapeur à base de paraffine alimentaire"

"Pour 'écrire' dans le ciel, Walter Dintinger vole à une altitude de 3 000 mètres à bord de son petit avion d'entraînement militaire, le Marchetti SF 260. Il trace ensuite les lettres ou les signes grâce à une vapeur à base de paraffine alimentaire", précisait France 3 Auvergne Rhône-Alpes dans un article du 29 août 2018.

Car le pilote n'en est pas à son coup d'essai. "Pour le plaisir", il a dessiné en 2018 un cœur géant dans le ciel d'Annecy, et, auparavant, une clé de sol pour la fête de la musique dans cette ville. Il œuvre aussi pour les entreprises : il l'a fait à l'occasion de la Biennale internationale du goût. Walter Dintinger avait également réalisé un hommage aux victimes de l'attentat à Charlie Hebdo le 13 janvier 2015.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.