Révisons nos classiques : le Mont-Blanc culmine à 4.808,73 mètres

Une équipe de géomètres-experts a mesuré le toit alpin. Selon leurs calculs, il a baissé d’un peu plus d’un mètre depuis 2013. La faute au vent et aux précipitations neigeuses.

(Le sommet du Mont-Blanc vu de l'Aiguille du Midi © MxPPP)

Quelle altitude pour le Mont-Blanc ? Au fil des générations d’écoliers, la réponse varie selon les expertises. La dernières, menée par une expédition de géomètres fixe le point culminant de 2015 à 4.808,73 mètres.

En 2013, lors de la dernière campagne de mesure, l’altitude du Mont-Blanc avait été calculée à 4.810,02 mètres. Pourquoi cette différence ? Ce sont les vents et les chutes de neige qui font varier "la taille". Tout dépend de la météorologie. Plus les précipitations sont fortes et le vent faible, et plus la neige s'accumule en altitude sur le pic rocheux, qui culmine lui à 4.792 mètres. Le Mont-Blanc est a donc "grandi" de trois mètres entre 2003 et 2007 pour passer à près de 4.811 mètres. 

Pas de canicule au sommet

Pour la première fois cette année, les experts ont réalisé deux mesures. Ils ont comparé la mesure effectuée en septembre avec celle réalisée à la fin du printemps, le 31 mai. Le résultat peut surprendre ceux et celles qui ont eu très chaud en bas des cimes : le Mont-Blanc ne s’est pas tassé. Il a même "pris" près d’un mètre cet été. La calotte glaciaire a aussi pris du volume. C’est que les températures restent négatives tout en haut du Mont-Blanc. L'expression "fondre comme neige au soleil" ne tient pas à cette altitude... 

Selon Christian Vincent, glaciologue au laboratoire de glaciologie de Grenoble (LGGE), "il n'y a quasiment pas de fonte au Mont-Blanc, ou alors de seulement de quelque millimètres quand il fait très chaud en plaine" . Les futures mesures du Mont-Blanc seront précisées en 2017, lors de la prochaine expédition des géomètres-experts.