Affaire Mila : un homme condamné dans le Gers à 18 mois de prison ferme pour menaces de mort

L'homme de 23 ans, vivant sous curatelle dans un foyer pour adultes handicapés, avait déjà été condamné par le tribunal judiciaire le 10 septembre à 18 mois de prison dont 10 avec sursis pour avoir menacé des jeunes filles dans un bus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de Google maps où un homme a été condamné le 1er octobre 2020 à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis pour avoir pour menaces de mort à l'encontre de Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux. (GOOGLEMAPS)

Un homme a été condamné, à Auch, à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis, pour des menaces de mort à l'encontre de Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux, a indiqué le parquet, jeudi 1er octobre. "C'est le double de ce que demandait le parquet", précise France Bleu Occitanie.

L'homme de 23 ans, vivant sous curatelle dans un foyer pour adultes handicapés, est apparu dans 4 vidéos, publiées les 12 et 13 septembre. Mimant un égorgement, il y a proféré à plusieurs reprises des menaces contre l'adolescente et sa mère.

Déjà condamné pour avoir menacé des jeunes filles

Cet individu avait déjà été condamné par le tribunal judiciaire le 10 septembre à 18 mois de prison dont 10 avec sursis pour avoir menacé des jeunes filles dans un bus. Il doit également prochainement comparaître à Tarbes, sa ville de naissance, dans un dossier de stupéfiants.

En janvier, Mila avait publié une vidéo devenue virale dans laquelle elle proférait de virulentes critiques sur l'islam. Cela avait déclenché un déferlement de menaces, qui l'ont contrainte à quitter son lycée mais également une vague de soutiens, jusqu'au sommet de l'Etat. Emmanuel Macron avait affirmé dans un entretien au Dauphiné libéré le "droit au blasphème" et à "critiquer les religions", défendant Mila à qui "on doit une protection", avait ajouté le président.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.