Pédocriminalité dans l’Église : le président de la Conférence des évêques de France campe sur certaines positions

Publié
Pédocriminalité dans l’Église : le président de la Conférence des évêques de France campe sur certaines positions
Article rédigé par
N.Perez - France 3
France Télévisions

Mardi 12 octobre à 14 heures, le président des évêques de France était reçu par Gérald Darmanin, suite à ces propos polémiques sur le secret de la confession. Notre journaliste Nathalie Perez est sur place pour résumer l’entretien entre les deux personnalités. 

Le chef des évêques de France avait été épinglé pour avoir affirmé que le secret de la confession était au-dessus des lois de la République. A sa sortie, Monseigneur de Moulins-Beaufort a déclaré que la protection des enfants est une priorité absolue. “Pour autant, il n’a pas remis en question la position de l’Eglise, qui dit que le secret de la confession ne doit jamais être brisé, même en cas d’agression sexuelle sur mineurs”, rapport Nathalie Perez, journaliste pour France Télévisions. 

Aucune religion au-dessus des lois de la République 

Cette déclaration n’est pas faite pour apaiser les associations et les victimes d'agressions pédocriminelles au sein de l’Eglise. Quelques instants plus tard à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur a affirmé qu’aucune religion n’est au-dessus des lois de la République. Si un prêtre est informé d’un acte criminel sur un enfant, il a l’obligation de le dénoncer à la justice, sous peine de sanctions pénales.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pédocriminalité dans l'Eglise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.