"Nous ne sommes pas au-dessus de la loi" : l'évêque de Nantes veut "œuvrer" contre la pédophilie au sein de l'Eglise

Mgr Jean-Paul James estime qu'"une personne victime, c'est déjà de trop" et assure que "s'il y a besoin d'un signalement au procureur, il sera fait".

Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes.
Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes. (FREDERIC GIROU / MAXPPP)

"Ce sont des actes scandaleux contre lesquels nous voulons lutter absolument", déclare dimanche 23 septembre sur France Bleu Loire Océan l'évêque de Nantes, Jean-Paul James, qui écrit ce mois-ci dans la revue diocésaine être disponible pour recevoir les victimes de pédophilie qui le souhaitent, alors que l'Eglise catholique fait face à des scandales sexuels dans plusieurs pays.

L'évêque de Nantes assure que "s'il y a besoin d'un signalement au procureur, il sera fait". "Nous ne sommes pas au-dessus de la loi, souligne Mgr James au micro de France Bleu Loire Océan. Une personne victime, c'est déjà de trop, elle souffre et elle a besoin d'être accueillie. Je veux œuvrer pour lutter contre ce fléau-là."

"Du fond du cœur, j'ai demandé pardon"

L'évêque de Nantes a été très marqué par un témoignage. "J'ai encore en tête une personne très âgée qui est venue me voir, raconte Mgr James. Elle souhaitait parler avec l'évêque et n'avait jamais parlé à qui que ce soit de ce qui lui était arrivé dans sa jeunesse, raconte-t-il. Elle avait besoin de me dire ce qui lui était arrivé, d'en parler, d'être écoutée et d'entendre aussi le pardon de l'Eglise. Du fond du cœur, j'ai demandé pardon parce que ce sont des actes scandaleux contre lesquels nous voulons lutter absolument."

Une cellule d'écoute et d'accueil des victimes d'abus sexuels commis par des hommes d'Eglise a été mise en place en juin 2016 à Nantes, pour les cinq départements de la région Pays-de-la-Loire. Elle peut être contactée par mail à l'adresse : parolesdevictimespaysdelaloire@gmail.com.