Info franceinfo Pédocriminalité dans l'Église : une quarantaine de victimes ont reçu une indemnisation, un an après le rapport Sauvé

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase), présidée par l'ancien vice-président du Conseil d'Etat, Jean-Marc Sauvé, avait révélé en 2021 l'ampleur du nombre de victimes de violences sexuelles depuis 1950, évaluée à 330 000.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un curé lit la Bible, le 3 mars 2017 en Alsace (illustration). (VANESSA MEYER / MAXPPP)

Près d'un an après la publication du rapport Sauvé sur l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Église catholique, une quarantaine de victimes ont effectivement touché une réparation financière, selon les informations de franceinfo. Une vingtaine d'autres attendent un versement dont le principe a été acté. 1 400 dossiers sont en attente ou en cours de traitement. Ces réparations vont jusqu'à 60 000 euros. Le montant moyen des réparations financières versées par l'intermédiaire de la CRR est de 32 000 euros.

>> Pédocriminalité dans l'Eglise : ce qu'il faut retenir du rapport de la commission Sauvé, qui livre un état des lieux accablant pour l'institution

Les deux instances en charge de la reconnaissance et de la réparation des actes pédocriminels au sein de l'Église catholique ont reçu près de 1 500 demandes. Plus d'un millier ont atterri sur le bureau de l'Inirr (Instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation), qui s'occupe des victimes relevant des diocèses. La CRR (Commission Reconnaissance et Réparation), chargée des victimes au sein des congrégations religieuses, a reçu pour sa part 500 demandes. Sur ces 1 500 demandes, une centaine ont abouti à une décision de reconnaissance des violences sexuelles subies. Dans près des deux tiers de ces cas, cette reconnaissance s'accompagne de réparations financières.

Une quarantaine de réparations ont ainsi été accordées par l'Inirr et 22 par l'intermédiaire de la CRR. Toutes ces indemnisations n'ont pas encore été effectivement versées. Le fonds Selam (fonds de Solidarité et de lutte contre les agressions sexuelles sur mineurs), alimenté par les diocèses, a versé 25 indemnisations sur la quarantaine décidée par l'Inirr. Les congrégations religieuses ont quant à elles versé 15 indemnisations, sur les 22 accordées par l'intermédiaire de la CRR.

Certaines associations de victimes déplorent la lenteur du traitement des demandes de reconnaissance de l'Inirr, le manque de formation de ses référents ou son numéro d'appel saturé. Gilles Vermot-Desroches, président du fonds Sélam, plaide une période de rodage : "Les fondations de cette maison de reconnaissance sont faites, maintenant on va monter quelque chose qui est plus visible et qui ira probablement beaucoup plus vite pour être plus à l'écoute des personnes victimes maintenant", dit-il à franceinfo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pédocriminalité dans l'Eglise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.