Église : le pape oblige le clergé à dénoncer les abus sexuels

Après les scandales de pédophilie, le pape oblige le clergé à signaler les abus sexuels sans rompre le secret de la confession. Alban Mikoczy, correspondant à Rome, fait le point.

Jeudi 9 mai, le pape a engagé un tournant pour traiter les abus et agressions sexuels dans l'Église. Il oblige les membres du clergé à signaler tout abus, selon certaines procédures. Mais peut-on vraiment parler de tournant ? Le correspondant à Rome de France Télévisions, Alban Mikoczy, explique. "Théoriquement, ces mesures sont une évolution dans le comportement de l'Église catholique. Le pape a annoncé 19 mesures. Deux sont à retenir : la première est la création d'un bureau où victimes pourront venir dire ce qu'elles ont ressenti et ce qu'elles ont sur le cœur et dénoncer les prêtres pédophiles. Ensuite, l'évêque devra prendre en charge ce dossier et aura 90 jours pour instruire l'affaire", détaille le journaliste.

Les familles de victimes déçues

Si les faits sont avérés, il devra transmettre le dossier à la justice. Les familles de victimes se sont dites déçues que le secret de la confession soit conservé. "En l'état il est maintenu, les prêtres ne sont pas obligés de témoigner lorsqu'ils auront connaissance de faits délictueux. On verra à terme si ces mesures changeront le visage de l'Église catholique", ajoute Alban Mikoczy.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pape François au Vatican, le 8 mai 2019.
Le pape François au Vatican, le 8 mai 2019. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)