Australie : la condamnation pour pédophilie du cardinal Pell confirmée en appel

La Cour suprême australienne a confirmé la condamnation à six ans de prison du prélat.

Une foule attend pour rentrer dans la Cour suprême australienne pour le procès du cardinal George Pell, à Melbourne, le 21 août 2019.
Une foule attend pour rentrer dans la Cour suprême australienne pour le procès du cardinal George Pell, à Melbourne, le 21 août 2019. (ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP)

Le plus haut représentant de l'Eglise catholique jamais condamné pour viol sur mineur. La justice australienne a confirmé en appel, mercredi 21 août, la condamnation à six ans de prison du cardinal George Pell. L'ancien numéro trois du Vatican est écroué pour viol et agressions sexuelles sur deux enfants de chœur dans les années 1990.

Le prélat de 78 ans a comparu devant la Cour suprême de l'Etat australien de Victoria à Melbourne. A l'extérieur, la foule a salué le verdict, faisant entendre ses applaudissements jusque dans la salle d'audience.

Le cardinal, qui clame son innocence, est le plus haut représentant de l'Eglise catholique jamais condamné pour viol sur mineur. Il a été reconnu coupable en décembre de cinq chefs d'accusation, notamment d'avoir imposé une fellation en 1996 à un garçon de 13 ans et de s'être masturbé en se frottant contre l'autre. 

Un verdict contesté par la défense

Les avocats du cardinal contestaient la condamnation et estimaient "physiquement impossible" que les faits allégués aient été commis par le prélat alors que la cathédrale était bondée et qu'il était vêtu d'une encombrante tenue sacerdotale. Ses avocats ont également soutenu qu'ils auraient dû être autorisés à montrer une reconstitution animée des allées-venues dans la cathédrale aux moments des agressions, ce à quoi la Cour s'est opposée. Ils estiment par ailleurs le verdict "déraisonnable" car basé exclusivement sur le témoignage d'une des victimes. L'autre est décédée en 2014 d'une overdose et n'a jamais affirmé avoir été victime d'une agression.

Avant sa disgrâce cette année, George Pell avait connu une ascension rapide. Nommé archevêque de Sydney en 2001, il était entré en 2003 dans le puissant Collège des cardinaux et siégeait aux conclaves qui ont élu successivement les papes Benoît XVI et François. Alors qu'il venait d'être élu, le pontife argentin l'avait choisi en 2013 pour faire partie du conseil de neuf cardinaux (C9) chargé de l'aider à réformer la Curie, le gouvernement du Vatican.

Il était ensuite devenu, en 2014, secrétaire à l'Economie, véritable numéro trois du Vatican. Depuis sa condamnation, le cardinal Pell a été relevé de sa fonction de responsable financier du Vatican et perdu sa place dans le C9. Le Vatican a ouvert sa propre enquête sur le cardinal.