Quatre questions sur les accusations d'agressions sexuelles à l'encontre de "l'ambassadeur" du pape en France

Luigi Ventura est accusé d'avoir commis des attouchements contre un fonctionnaire de la mairie de Paris le 24 janvier et, auparavant, sur plusieurs hommes proches de l'Eglise catholique. Mais son immunité diplomatique le protège.

Luigi Ventura, nonce apostolique en France, le 7 novembre 2010. 
Luigi Ventura, nonce apostolique en France, le 7 novembre 2010.  (REMY GABALDA / AFP)

Des caresses sur les fesses de "manière répétée". Les accusations rapportées à franceinfo par une source de la ville de Paris à franceinfo sont sérieuses. Elles visent Luigi Ventura, le nonce apostolique à Paris, c'est-à-dire le représentant du Vatican en France. Depuis le 24 janvier, ce représentant de l'Eglise catholique est visé par une enquête pour "agressions sexuelles", comme l'a révélé Le Monde. L'homme de 74 ans est accusé d'avoir commis des attouchements sur un jeune cadre de la mairie de Paris. Depuis, des témoignages d'agissements similaires de la part de Luigi Ventura sont apparus. 

Franceinfo vous résume les accusations qui pèsent contre le nonce apostolique, qui bénéficie de l'immunité diplomatique, le Vatican (ou Saint-Siège) étant officiellement un Etat.  

Qui est Luigi Ventura ? 

Cet ecclésiastique de premier plan est le nonce apostolique en France, c'est-à-dire le représentant du pape auprès du gouvernement français. Luigi Ventura est en poste depuis 2009 à Paris. Il est chargé des relations du Saint-Siège avec les autorités françaises d'une part et avec les évêques de France d'autre part. C'est l'un des postes les plus prestigieux de la diplomatie pontificale. 

Originaire de Lombardie, en Italie du Nord, Luigi Ventura est docteur en lettres modernes et licencié en droit canonique (université pontificale du Latran). L'homme de 74 ans est entré au service diplomatique du Saint-Siège en 1978 avant d'être nommé évêque en 1995. Il a ensuite été envoyé par Jean Paul II comme nonce apostolique en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso et au Niger (1995), puis au Chili (1999) et ensuite au Canada (2001), avant d'être nommé dans la capitale française sous Benoit XVI.

Que lui est-il reproché ? 

Luigi Ventura est visé depuis le 24 janvier par une enquête pour "agressions sexuelles", comme l'a révélé Le Monde. Il est soupçonné d'attouchements sur un jeune salarié de la mairie de Paris. Les faits remontent au 17 janvier, lors d'une cérémonie des voeux à l'hôtel de ville. Ce soir-là, Anne Hidalgo reçoit les autorités civiles, diplomatiques et religieuses, dont Luigi Ventura. 

"Le nonce apostolique a caressé les fesses de manière répétée de l'agent qui était chargé de l'accueillir" a expliqué la ville de Paris à franceinfo. Le nonce apostolique lui aurait également dit qu'il le trouvait "beau garçon" précise Le Parisien. L'un de ces attouchements a été effectué "devant témoin" a indiqué l'entourage de la mairie à l'AFP. 

Le chargé de mission d'une trentaine d'années, membre de la direction des Affaires étrangères de la mairie de Paris, en a alors fait part à sa hiérarchie. Le 23 janvier, la mairie de Paris a alerté le procureur de la République, en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale. Une enquête a été ouverte le 24 janvier par le parquet de Paris. 

A la suite de ces révélations, franceinfo a recueilli un témoignage similaire. "Il perd la boule", analyse ce jeune homme proche de l'Eglise, qui raconte que Luigi Ventura lui a mis la main aux fesses puis, une fois assis, a longuement laissé traîner sa main sur ses genoux. Le journal La Croix dit avoir recueilli d'autres témoignages de jeunes hommes, dont beaucoup sont proches de l'Eglise catholique. Ils "disent avoir subi les mêmes gestes, mains sur les fesses ou les cuisses, gestes équivoques, de la part de Mgr Ventura" indique le quotidien. Le magazine Têtu a également publié, vendredi, le récit d'un homme qui accuse le prélat d'attouchements sexuels en janvier. 

A Rome, le Saint-Siège a réagi par un communiqué laconique, indiquant qu'il ne souhaitait faire "aucun commentaire". Il "attend les conclusions de l'enquête", a déclaré le porte-parole du Vatican, Alessandro Gisotti.

Que risque le prélat ? 

Il n'est pas certain que l'enquête aboutisse, car Luigi Ventura bénéficie de l'immunité diplomatique. Il ne pourra donc pas faire l'objet d'investigations tant qu'il bénéficie de cette protection. "Dans le cas du nonce apostolique, ce serait donc à la France de demander à l’Etat du Vatican de lever l’immunité de son diplomate visé par une enquête pour agression sexuelle" indique Le Monde. En l'état actuel, Luigi Ventura ne peut donc être ni arrêté ni détenu. 

La France pourrait toutefois choisir d'expulser le prélat en le désignant "persona non grata" indique le quotidien. Mais Luigi Ventura conservera toutefois son statut diplomatique. 

Dans quel contexte ces révélations ont-elles eu lieu ?

Cette affaire intervient alors que l'Eglise catholique est secouée par plusieurs scandales d'abus sexuels. Aux Etats-Unis, une vaste opération de transparence de l'Eglise catholique s'est enclenchée depuis plusieurs mois. Après l'Etat de Washington, l'Illinois ou l'ordre des jésuites, quinze diocèses du Texas ont publié, jeudi 31 janvier, près de 300 noms de prêtres accusés d'actes pédophiles depuis 1950. Par ailleurs, le Vatican a annoncé samedi 16 février avoir défroqué l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick, accusé d'abus sexuels.

La révélation en 2018 d'énormes scandales de pédophilie dans le pays mais aussi au Chili ou encore en Allemagne, ont gravement entaché la crédibilité de l'Eglise. En France aussi, l'institution catholique est mise en cause dans l'affaire du prêtre Bernard Preynat, accusé de pédophilie. Le pape François a convoqué une réunion cruciale la semaine prochaine au Vatican, du 21 au 24 février, portant sur la lutte contre la pédocriminalité commise par des clercs.